+Anima

Qui n’a pas rêvé d’avoir des ailes dans le dos, la force d’un ours, ou pouvoir nager « comme un poisson dans l’eau » ? Si vous faites parti de ceux qui ont toujours voulu avoir quelque chose d’un peu « animal », +Anima ne manquera pas de vous toucher… Mais avant de vous jeter dans la gueule du loup, profitez de cette petite présentation de l’univers de Mukai-san.

Un +Anima… C’est quoi ?

L’univers de +Anima correspond à ce que j’appellerais de l’ « heroic fantasy léger ». On est dans un univers plutôt médiéval merveilleux, mais les sorciers, orcs et trolls ne sont cependant pas monnaie courante. La vraie caractéristique fantastique de l’univers du manga, ce sont justement les +Anima eux-mêmes. D’apparence humaine, ces personnages spéciaux possèdent une partie de leur corps « animale » qu’ils peuvent choisir de dévoiler quand bon leur semble.

Les humains normaux connaissent tous l’existence de ces êtres à part, mais ne sont pas pour autant habitués à en rencontrer tous les jours. Entre stupéfaction, mépris ou admiration, chacun semble réagir à sa manière (au profit du récit…). L’histoire justement, est celle de Cooro, un jeune +Anima de corbeau (qui peut déployer ses magnifiques, mais « apparemment » effrayantes ailes noires), et de ses compagnons de route. Si je ne peux vous dévoiler davantage la trame du récit, c’est tout simplement parce qu’elle est inexistante !

     

Des histoires… courtes !

En effet, « +Anima » est en réalité une succession de petites histoires très courtes, qui mettent en scène Cooro et ses compagnons (trois autres +Anima). La comparaison avec « Those who hunt elves » est d’autant plus vraie que ces histoires ressemblent vraiment à des épisodes d’animés. Cela pourrait ne pas nuire s’ils étaient un peu plus étoffés, mais les quelques trente pages ne suffisent pas à plonger réellement le lecteur dans l’intrigue.

Les quatre compères – Cooro, Husky (poisson), Senri (ours) et Nana (chauve souris) – arrivent généralement dans une nouvelle ville ou un nouveau village. Ils font une rencontre qui leur apportera quelques ennuis, puis finissent par reprendre leur route. La trentaine de pages qui a décrit la mise en contexte, les péripéties et la conclusion est très souvent bien maigre pour entretenir le suspense.

Cette lacune de l’aspect narratif du manga est heureusement rattrapée par l’humour des personnages et surtout la qualité des dessins. Cooro est adorable (même s’il m’arrive de le trouver plus féminin qu’il ne devrait l’être), et l’ensemble du manga est doté d’un aspect très kawaï que nombreux apprécieront.

     

Des personnages kawaï

Effectivement, la qualité graphique aide énormément à prendre plaisir à la lecture de +Anima. A défaut d’avoir le souffle coupé par le suspense et l’émotion intense du récit, on a au moins les yeux qui sourient devant les bouilles attendrissantes des principaux protagonistes, dont voici une courte description :

Cooro :

Jeune garçon (même s’il n’en a pas vraiment l’air) toujours souriant et toujours enthousiaste (les japonisants reconnaîtront la similitude entre « Cooro » et le mot anglais « cool »), il a la capacité de déployer ses ailes de corbeau pour rejoindre les airs. Il a le sourire collé au visage, voit tout du bon côté et cache un grand cœur et un esprit fin derrière une apparente naïveté. Il a aussi tout le temps faim et rappelle un peu Sangoku à ses débuts.

Husky :

Jeune garçon aussi (il en a encore moins l’air de Cooro) capable de se transformer en sirène (!), il est beaucoup moins enthousiaste que son oiseau d’ami. Râleur, il ne supporte pas les filles, auxquelles il préfère l’argent. On peut quand même lui laisser le mérite d’être le personnage par qui le comique arrive souvent.

Senri :

Plus vieux que les deux précédents, ce +Anima d’ours est un personnage très agréable et très utile pour le groupe. Il peut en effet transformer son bras droit en une terrible patte d’ours qui fait des ravages lorsqu’il faut se battre. Peu bavard au point qu’on pourrait le croire muet, il est aussi très sensible et conserve avec lui un carnet dans lequel il garde ses souvenirs.

Nana :

Petite fille en quête du prince charmant, elle peut voleter grâce à ses ailes de chauve-souris et « sonner » ses ennemis avec des ultrasons. Loin d’être le personnage le plus intéressant du groupe, elle est aussi en conflit constant avec Husky qui ne l’apprécie pas.

Le bilan mitigé dressé plus haut oppose donc humour et qualité graphique à des lacunes de narration. Quelques indices laissent cependant penser qu’une intrigue plus consistante démarrera à la suite de ces deux premiers tomes, pour notre plus grand plaisir.

     

+Anima est un manga à lire en lézardant au soleil, avec une limonade et du temps libre. Sans être le successeur de Naruto ou autre Dragon Ball, ce manga possède un fort potentiel qui gagnerait a être utilisé davantage en ce qui concerne le développement du scénario.

Les derniers articles par Ryûjin (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :