[Anime] Dragon Ball Z : Battle of Gods

Je ne me suis jamais considéré comme un fan de Dragon Ball au sens propre du terme. Toutefois, comme beaucoup de gens de ma génération, pendant ma tendre enfance, j’attendais avec impatience la diffusion de Dragon Ball Z tous les mercredi matin. En effet, il était hors de question de manquer un seul épisode des aventures de Son Goku ! Par conséquent, j’étais plutôt enthousiaste suite à la sortie dans les salles japonaises d’un nouveau film d’animation de DBZ au mois de mars 2013. Disponible en DVD et Blu-Ray « region free » depuis le 13 septembre 2013, Dragon Ball Z : Battle of Gods est-il aussi éblouissant qu’un Taiyôken balancé en pleine figure ? Verdict.

Osu ! Ora Goku !

dragon-ball-z-battle-of-gods-02-2Dragon Ball Z : Battle of Gods se déroule quelques années après la fin de l’arc Boo. Alors que Son Goku et ses amis coulent des jours heureux, Kaio Shin informe le Kaio du Nord que Bills, le Dieu de la Destruction, s’est réveillé après une « sieste » de 39 ans. D’habitude, ce dernier s’éveille uniquement afin de détruire quelques planètes au sein de sa galaxie (dont fait partie la Terre) pour maintenir la stabilité de cette dernière. Néanmoins, si Bills a réglé son réveil un peu plus tôt cette fois-ci, ce n’est pas pour effectuer son job de démolition mais pour enfin affronter un adversaire à sa hauteur. En effet, pendant son sommeil, celui-ci a rêvé qu’il affrontait le Super Saiyanjin God, seul être capable de lui tenir tête. Après avoir été mis au courant par son « valet » Whis que Freeza (la créature la plus puissante de la 7ème galaxie  avant son dernier sommeil) avait été battu par un Saiyan nommé Goku, Bills part à sa rencontre dans le but d’en apprendre un peu plus sur le Saiyanjin God et assouvir sa soif de combat. Cette entrevue ne lui apportant pas les réponses qu’il cherche, le Dieu de la Destruction décide d’interroger les autres Saiyans encore en vie. Seul problème, Bills est extrêmement puissant et surtout très susceptible. Il n’hésitera donc pas à faire sauter la planète bleue à la moindre contrariété…

Un méchant surpuissant !

dragon-ball-z-battle-of-gods-bills-dieuSi l’histoire de ce 14ème film de Dragon Ball Z ne casse pas trois pattes à un canard, elle reste tout de même plaisante. Tout d’abord, on sent tout de suite que Mr Toriyama a participé à l’écriture du scénario. L’humour loufoque, assez caractéristique de l’auteur, est bien présent et on a même droit à des clins d’œil aux autres succès du mangaka. Ensuite, malgré quelques incohérences (par exemple Goten et Trunks qui semblent condamnés à rester des mioches de 7-8 ans alors qu’ils devraient avoir 3 ans de plus), ce volet s’intègre bien dans la continuité de la série animée. Enfin, même si Bills n’est pas aussi marquant qu’un Freeza, un Cell ou un Broly, il dispose tout de même d’un certain charisme. En effet, sa nonchalance ainsi que son apparence de chat Sphynx maigrichon tranche radicalement avec la sensation de puissance qu’il dégage. Par ailleurs, c’est la première fois que l’écart de force entre nos héros et leur adversaire est aussi gigantesque. Ceci donne lieu à un dénouement jamais vu dans la saga DBZ, ouvrant de nouveaux horizons, et pourquoi pas, la mise en chantier d’une suite.

battle-of-gods-film-dbzCôté technique, c’est le studio Toei Animation qui a eu la lourde tâche de réaliser le film. Ce dernier, qui avait déjà été choisi à l’époque pour produire tous les épisodes de Dragon Ball et Dragon Ball Z, ne s’en sort pas trop mal. C’est coloré, les effets visuels sont de bonne facture et l’utilisation de la 3D lors de certains passages ne fait pas trop tâche. Toutefois, on regrette le manque de régularité dans le soin apporté à l’animation et aux dessins des personnages.

Pour finir, un petit mot sur la BO. Agréable, elle est essentiellement composée de thèmes originaux (tant pis pour la nostalgie !). Le mythique générique « Cha-la Head Cha-la » est tout de même présent dans une version réinterprétée par le groupe FLOW, pas trop dégueulasse, mais qui fera sans doute grincer des dents les fans hardcore un tantinet réac’ de DBZ.

L'avis de Samanomatou :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Pas vraiment à la hauteur de l’attente suscitée, Dragon Ball Z : Battle of Gods n’est pas un mauvais film pour autant. Certes, il sera hué par ceux pour qui DBZ rime exclusivement avec grosse baston. Néanmoins, les amoureux de l’univers d’Akira Toriyama dans son intégralité (humour potache compris) y trouveront un divertissement sympathique, bien plus proche de l’esprit original du manga que tout ce que l’on a pu voir depuis la sortie du film précédent il y a 18 ans.

Samanomatou

Samanomatou est aussi connu sous le nom de « Mat le Génie » par-delà les 7 mers, ou plus sobrement comme « Le Furax ». Certainement l’un des gamers les plus acharnés et persistants que nous ayons rencontrés, il est capable de recommencer 4 millions de fois le même passage tant qu’il n’a pas atteint le summum de la perfection. Expert du lancer de Sixaxis, il est aussi un grand amateur de Platine, ou plutôt de « Plataing » comme on dit chez lui à Marseille. Pour lui, faire 120 fois le tour du bac à farine en sautillant sur les mains pour un trophée de bronze, ce n’est pas un problème. Un type cinglé comme ça, il nous le fallait dans la team ! Ses spécialités : le RPG, la baston et les jeux d’action en tous genres.

Les derniers articles par Samanomatou (tout voir)

2 commentaires

  • Cest clair qu’Akira Toriyama est le spécialiste pour créer des personnages au design atypique (Bills me fait un peu penser à l’empereur Udan dans Tobal en passant)!

  • Chouette analyse ! Cet article m’a cependant fait prendre conscience de deux choses. La première, c’est qu’on vieillit ! 18 ans déjà depuis le dernier film ! >.> La seconde, c’est que les méchants dans DBZ ont tous une tronche de merde. Surtout celui-ci !

Laisser un commentaire sur cet article :