Chrono Cross

Et oui, mon 2e test est encore celui d’un RPG. J’y peux rien, je pense qu’à ça… Mais celui-ci sera plus court que pour Final Fantasy IX. Et pourtant, je devrais lui accorder plus d’attention étant donné qu’il n’est que peu connu des francophones. Vous l’aurez deviné, ce jeu n’est jamais sorti en Europe. Et c’est bien dommage vu le travail démentiel mené par Square (une fois de plus) sur cette fausse suite de Chrono Trigger.

L’histoire

Chrono Cross est donc un RPG dit « classique ». Vous incarnez Serge (qui a dit ridicule ?), jeune garçon vivant dans un petit village côtier avec sa mère. Pour les beaux yeux de son amie d’enfance, il va se retrouver emporté malgré lui dans une aventure extraordinaire. Parti à la recherche d’objets pour que sa belle fabrique un bijou, il rencontre une jeune fille fougueuse qui va le sortir d’un fort mauvais pas. Pourchassé par des soldats, il devra découvrir ce qu’ils lui veulent.

     

Un RPG original

La particularité de Chrono Cross réside dans la bipolarité de son monde. Attendez, je m’explique. Très vite, il se retrouvera prisonnier de la copie de son propre monde mais en complètement différent. Tous les personnages rencontrés jusqu’alors existent mais ne connaissent pas Serge ou bien le prennent pour un ennemi. Situation particulièrement délicate quand on cherche juste à retrouver le chemin du retour.

Serge se voit confronté à son pire ennemi, son double en quelque sorte : Lynx. N’imaginant même pas à quel point ils sont liés, Serge finira par s’en rendre compte quand ils échangeront leur corps. Lynx profitant ainsi de la bonne réputation de Serge, et ralentissant par la même occasion les poursuites du vrai Serge, prisonnier du corps et reprenant ainsi aux yeux de la population le rôle du méchant.

Bref, l’histoire de Chrono Cross s’avère vraiment compliquée et tordue. Ya pas à dire, les scénaristes de Square s’y connaissent. Le principe de ce jeu est entièrement fondé sur l’existence des deux mondes et leur interconnexion. Serge et ses amis doivent régulièrement changer de monde pour résoudre une énigme, retrouver un objet existant uniquement dans l’un, convaincre un personnage trop réticent dans l’autre… Vraiment passionnant.

     

Les personnages

Autre élément marquant de Chrono Cross : les personnages. Peu de RPG peuvent se targuer d’avoir autant de protagonistes jouables. Bien sûr mis à part la série des Suikoden, faisant figure de cas particulier, mais nous y viendrons bientôt. Donc Chrono Cross vous propose d’incarner un paquet de personnages. Evidemment, tout le talent de Square se retrouve dans chacun mais, comme vous pouvez vous en douter, tous ne sont pas vraiment réussis. Le plus étrange étant quand même l’extraterrestre Stark qui sort d’on ne sait trop où et dont la seule quête sera de retrouver les morceaux de son vaisseau spatial écrasé. Génial le programme… Sinon, on a le droit comme dans tout bon RPG à des persos assez charismatiques, aux origines et motivations diverses, possédant des capacités propres à utiliser selon les situations.

Le système de jeu

La plus importante particularité de Chrono Cross est son système de combat, basé sur les éléments. Chaque personnage est lié à un élément (eau, terre, feu,…) et est donc plus ou moins vulnérable aux autres. Tout l’intérêt de ce système, assez répandu dans les RPG, est que chaque utilisation de magie, tirée d’un élément ou d’un autre, engendre une modification de l’équilibre de l’aire de combat. Concrètement, l’aire de jeu ne change pas mais un petit écran en haut à gauche indique quels éléments sont prédominants dans le combat. Une magie rouge sur un terrain à dominante rouge sera beaucoup plus puissante que sur un terrain bleu, son inverse. Cela rend les stratégies particulièrement intéressantes car il faut composer avec les ennemis, qui eux aussi peuvent influencer sur le terrain avec leurs propres magies. Passionnant. A noter que ce système prend encore plus d’ampleur lors de l’affrontement final. En effet, il est possible de battre plus facilement le dernier boss en usant de magies dans un certain ordre, à condition de posséder le Chrono Cross, l’objet ultime du jeu.

     

Et le reste…

En ce qui concerne la durée de vie, les nombreuses quêtes annexes et la dizaine de fins différentes prévues par Square confèrent à Chrono Cross un challenge sans cesse renouvelé et tiendra en haleine les plus captivés par ce jeu. Au registre des graphismes, Square s’est littéralement lâché sur ce jeu. L’univers de jeu est vraiment coloré, travaillé dans les moindres détails… C’est du grand Square. Et enfin, les musiques, géniales, permettent une immersion totale dans l’univers de Chrono Cross avec des thèmes vraiment différents les uns des autres.

Pour conclure, je dirais que Chrono Cross est encore une réussite de Square (pour changer), qui bénéficie d’un scénario en béton et qui saura plaire à n’importe quel amateur de RPG.

Ryosan

Ryo est celui qui a lancé WebOtaku en l’an 2000 avec une telle puissance que cela a provoqué le fameux bug. C’est le sauveur de notre espèce, le défenseur des opprimés, l’instigateur d’un mouvement international visant à défendre les valeurs de la pop-culture otaku. Il en a vu des choses malgré son jeune âge, un peu comme un héros de J-RPG déjà blasé de la vie et considéré comme un vétéran à même pas 30 ans. Du coup, ayant atteint son level 99, on lui a lancé le pari fou d’étendre notre influence jusqu’au Québec. Et il est parti vivre ainsi son DLC canadien, tabernacle. C’est ça la master-classe. Ses spécialités : Tout. Quand on vous le dit : master-classe !

Les derniers articles par Ryosan (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :