Crazy Taxi 2

Le jour où on m’a confié le test de Crazy Taxi 2, je me suis dit : « Chouette, un bon petit jeu de caisse défoulant à souhait ! » J’enfile mes mitaines de conduite sport et j’enfourne la galette dans ma boîte blanche.

En direct des stands

Tout d’abord, commençons par un petit descriptif rapide du menu principal. Plusieurs modes sont présents. La grande carte avec ses règles de temps différents qui permettent soit de jouer avec les règles originales, soit d’augmenter le temps imparti jusqu’à 10 minutes. La petite carte idem. Le Crazy Pyramid (une sorte de didacticiel) qui permet d’exécuter des petits défis loufoques comme le saut de haies ou de foncer dans une balle de golf pour l’envoyer le plus loin possible. Si vous faites des records, cela aura pour conséquence de débloquer des bonus. Puis un mode Replay qui permet d’enregistrer vos plus folles cascades.

Au rayon news, on notera l’apparition de nouveaux persos. Slash, le californien de base, Iceman le rebelle tatoué au torse nu, Cinnamon une petite métisse qui se la joue cool et Hot.D un vieux branché de 78 piges. On remarquera qu’ils ressemblent étrangement aux protagonistes du premier opus. Bon, après ce petit descriptif, passons au jeu à proprement dit.

     

On rentre en piste

Je lance une partie, et là, horreur ! Ils ont gardé cette musique (Offspring), pseudo Punk Rock Californien. Désolé pour les afficionados, mais moi ça me fait gerber. Elle est saoûlante à souhait. Bon passons. Côté gameplay, c’est la même chose que le premier épisode, hormis le bouton Jump qui pour moi gâche le jeu. Un boost, pas uniquement au démarrage, aurait été plus appréciable. Les défauts du premier sont toujours là. La voiture flotte sur le sol et la gestion des collisions n’est pas très bien retranscrite. Côté graphisme, c’est bien mais un peu grossier sur certains immeubles. La circulation se voit diversifier par l’apparition de nouveaux véhicules (bus à soufflet, 38T,…).

     

En conclusion, ce jeu est défoulant et fun sur la première demi-heure. Après ça saoûle et ça ne justifie pas à mon avis de débourser 299 F pour ce jeu à la durée de vie aussi courte que la coupe de cheveux de Giscard-d’Estaing. Au moins d’être fan, passez votre chemin ou faites le vous prêter par un pote (merci Iori !)

Les derniers articles par Venom (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :