Enfer et Paradis

Les séries dynamiques mettant en scène des lycéens champions en arts martiaux et disposant de pouvoirs surhumains sont légions. Mais au final, peu d’entre elles parviennent à percer et à se démarquer des autres. Tenjo Tenge (Enfer & Paradis) fait partie de celles qui sont parvenues chez nous, et qui font preuve de suffisamment d’originalité pour mériter un article sur WebOtaku.

Je veux devenir plus fort ! Pourquoi ? Parce que !

Souichiro Nagi et son meilleur ami Bob Makihara entrent en première année dans leur nouveau lycée. Leur passion sans limite pour la baston leur impose d’être les meilleurs dans ce domaine, et ils comptent bien faire régner leur loi dans cet établissement comme c’était le cas dans leurs anciennes écoles. Malheureusement pour eux, ils ignorent que ce lycée est régi par la loi du plus fort. En effet la guerre des clubs d’art martiaux fait rage, et le meilleur d’entre eux pourra postuler pour devenir le « club des exécuteurs ». Ces derniers font office de surveillants et sont chargés de faire respecter les règles de « bonne conduite » dans l’établissement.

Lors de leur premier carnage dans l’école, Souichiro et Bob se heurtent à Maya Natsume, la jolie dirigeante du club de Juken (Judo + Kendo), qui envoie littéralement valdinguer le premier à travers la fenêtre. Sa chute de plusieurs mètres de haut se termine dans les douches des filles, où il fait la connaissance d’Aya, la sœur cadette Natsume. Celle-ci va tomber immédiatement amoureuse de lui, et jurer de devenir sa femme. Mais malgré ses formes avantageuses, Aya ne parvient pas à troubler Souichiro, encore sous le choc d’avoir trouvé quelqu’un de plus fort que lui. Devant une telle démonstration de puissance, les deux garnements vont tout faire pour intégrer le club de Juken afin de devenir plus forts au contact des prodigieuses sœurs Natsume et de Masataka Takayanagi, le jeune frère du leader des exécuteurs.

     

Mais le duo de choc se rend vite compte que le club de Juken, et notamment sa responsable, n’est pas en très bons termes avec les exécuteurs. Leur chef, Mitsuomi, semble avoir eu des différents avec Maya 2 ans plus tôt, et cette histoire n’a toujours pas trouvé d’arrangement à l’heure actuelle. Quelle est donc la nature des problèmes qui accablent Maya ? C’est ce que va tenter de découvrir Souichiro pendant son entraînement au contact de la jeune femme.

Un casting efficace et varié

Nous avons là un scénario en apparence classique pour une œuvre de ce genre, avec les ingrédients traditionnels du shônen orienté baston. Nous suivrons au premier plan les progrès de Souichiro, dont les pouvoirs surprenants vont se développer rapidement. C’est d’ailleurs ce qui donne envie d’en savoir plus à la fin du premier épisode. Puis vient se greffer par-dessus une petite dose d’humour avec Aya et sa résolution de faire craquer son « Souichiro sama », qui, en bon rustre de base, n’a rien à faire des sentiments de la demoiselle. Tout cela se déroule sous le regard malicieux de Maya, très intriguée par les ressources cachées du jeune Nagi. Ainsi, prévoyez quelques bonnes bagarres car le quotidien de Bob et Souichiro est tout sauf reposant !

Mais ce qui semblait au départ se résumer à un simple festival de bastons sans réel background scénaristique va se transformer au bout de quelques épisodes en un flashback passionnant sur l’histoire de Shin Natsume, dont le destin tragique se révèle bien plus captivant que la simple quête de pouvoir de Souichiro. Non pas que ce dernier soit inintéressant, au contraire, mais des héros torturés désirant améliorer leur potentiel de combat, on en a déjà vu des centaines dans les annales de la japanimation. Certes, ça ne fait jamais de mal de découvrir un nouveau personnage charismatique et ses pouvoirs étonnants, mais le passé de Maya et de la bande formée par Shin, Mitsuomi et Bunshichi s’avère vraiment fascinant, au point de supplanter les évènements du présent (de l’anime).

     

Et c’est cette variété d’époques, de décors, de personnages qui fait la force de Tenjo Tenge. On assiste à l’évolution de plusieurs protagonistes à la fois, dont chacun occupe une place majeure dans l’histoire. Au final on se rend compte qu’il n’y a pas qu’un seul héros, mais une bonne dizaine, disséminée sur deux périodes temporelles distinctes. La série dispose donc d’un panel de personnalités ahurissant, et chacun de ces combattants, tous plus classes les uns que les autres, contribue à allouer une part de richesse au scénario.

Gros nénés, petites culottes et pouvoirs magiques

J’en vois déjà rappliquer la bave aux lèvres… Tenjo Tenge, comme toute série adressée principalement à un public masculin, offre inévitablement son lot de fanservice. J’en veux pour preuve le physique de toutes les héroïnes dont la poitrine a du mal à tenir dans leur chemisette d’écolière (mention spéciale pour Maya qui doit déboutonner le haut afin de pouvoir respirer…). De même, tout est bon pour laisser apparaître une petite culotte. Forcément, les combats en mini-jupe ne facilitent pas la discrétion en la matière ! Mais rassurez-vous, cela participe grandement à apporter de l’humour à la série (qui n’en manque déjà pas à la base), et ne gâche en rien le sérieux de l’histoire.

Par ailleurs, des décharges d’énergie et autres pouvoirs magiques viendront agrémenter les combats d’arts martiaux pour le plus grand plaisir des fans. Les combats de sabre demeurent un véritable régal, et lorsque la famille Natsume tire profit de son illustre « Oeil du Dragon », cela fait très mal ! Et même si Maya ne dispose pas de ce pouvoir, elle tire son épingle du jeu une fois de plus avec sa capacité de se transformer en version SD à volonté (soit disant pour économiser et contenir sa force). De grands moments d’action et de fous rires en perspective !

     

Côté griefs, on soulignera certains passages vraiment très lourds, qui constituent des longueurs pénibles comme on en rencontre souvent dans le domaine de l’animation. En effet, les monologues de quelques personnages qui font une fixette sur leurs phobies ou leurs obsessions tapent sur le système à la longue. Je pense en particulier à Souichiro et sa manière de ressasser sa volonté de devenir plus fort. De même Mitsuomi et son angoisse d’affronter Shin donne envie de lui coller deux claques. Mais la palme de la cruche énervante à souhait revient à Aya. Sa façon de pleurnicher en répétant avec sa voix suraigüe « Souichiro sama » devient insupportable très rapidement.

Un anime qui en jette

La série animée est directement adaptée du célèbre manga éponyme de Oh Great !. Force est de constater que Tenjo Tenge a bénéficié d’un travail soigné en ce qui concerne l’aspect technique. Le chara design, même s’il s’éloigne un peu du style original de Oh Great !, n’en reste pas moins très réussi (surtout celui des héroïnes !). Tous les personnages possèdent un look et un style des plus uniques et classieux, qui leur attribuent encore plus de charisme. Les décors demeurent colorés et suffisamment détaillés pour immerger le spectateur dans le formidable univers de Tenjo Tenge. Quant à l’animation, elle s’avère relativement fluide et dynamique, surtout lors des combats enragés, malgré quelques rares imperfections par moment. Enfin, sachez que l’excellente bande son de la série contient beaucoup de thèmes rythmés et entrainants qui rendent les affrontements palpitants.

Avec son scénario s’étalant sur plusieurs époques différentes et son nombre important de personnages fascinants, Tenjo Tenge parvient à s’imposer parmi les meilleures séries de baston du moment. Les fans du genre adoreront cette oeuvre drôle et dynamique, tandis que les autres passeront un bon moment, mais retrouveront certains clichés qui risquent de les lasser à la longue. A réserver aux amateurs de baston et de jolies nanas.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :