Hokuto no Ken : l’ère de Raoh

L’actualité d’Hokuto no Ken explose complètement au Japon. Personne ne sait pourquoi un tel engouement pour cette série créée il y a maintenant plus de 20 ans. Mais ce que l’on sait c’est que Raoh Gaiden est le premier long métrage d’une trilogie retraçant les meilleurs passages de la série initiale. Sorti en salles le 11 mars 2006, c’est maintenant au tour du DVD de faire son apparition sur le sol nippon.

Un tyran sanguinaire

Dans un futur proche, une guerre nucléaire dévastatrice fait rage, la Terre n’est plus que l’ombre d’elle-même et les seuls hommes survivants de cette tragédie ne connaissent maintenant plus que la peur et la douleur. Néanmoins, un art martial meurtrier du nom d’Hokuto Shin Ken a survécu lui aussi. Cet art est tellement dangereux qu’il ne se transmet qu’à une seule et unique personne qui deviendra l’héritier du savoir du Hokuto. Malheureusement le dernier héritier, Ryuken, s’est vu confier trois jeunes combattants potentiellement dignes d’hériter du savoir. Quelques années plus tard, chacun choisit son destin : Kenshiro l’héritier ère sur la terre à la recherche de sa bien aimée ; Toki le cadet, est devenu un médecin aidant son prochain grâce à l’enseignement du Hokuto ; Raoh, l’aîné devenu Ken-oh le conquérant, cherche à dominer le monde par la peur. Mais il n’est pas le seul à chercher cette domination : Souther l’empereur céleste du Nanto Ôoken érige au nom de son art un mausolée construit à la sueur d’êtres innocents. Souther est un être cruel et sans remord qui ne pense qu’à lui et fait régner son autorité par la violence. Ses seuls adversaires à ses yeux sont Kenshiro et Raoh qu’il veut anéantir pour enfin asseoir sa domination du monde.

     

Graphiquement sublime

Comme je le disais plus haut, l’œuvre jouit d’une réalisation des plus impressionnante et dynamique. On ne s’ennuie pas une seconde, les scènes de combat sont tout bonnement époustouflantes, surtout pour ceux qui ont déjà vu cette partie de la série originale à la télé. Les graphismes très soignés accentuent avec panache le style visuel de l’œuvre. Les personnages principaux sont charismatiques et en imposent énormément. Les décors et arrière plans ont été superbement bien travaillés, il suffit de regarder certaines planches du mausolée de Souther pour s’en rendre compte, tout comme le temple du Hokuto. Les effets spéciaux et visuels sont parfaitement bien intégrés eux aussi ; bien entendu on remarque les effets 3D mais c’est beaucoup moins flagrant que dans le passé avec la série Shin Hokuto no Ken. Les musiques du film retranscrivent à merveille les moments fort du long métrage. Spéciale dédicace à la version de « you are shock » version métal ! Pour finir, Hokuto no Ken ne serait pas ce qu’il est s’il n’y avait pas de violence et de sang. Et bien rassurez vous car c’est le cas, même si elle est beaucoup moins crue.

     

Une ouvre pour tous ?

C’est une question assez difficile à répondre. D’après moi, Raoh Gaiden est fait pour les fans plus qu’autre chose. Le film reprend tout bonnement les meilleurs passages de la série et ici c’est l’affrontement entre Kenshiro et l’empereur Souther qui prime. Donc si à la base on n’aime pas la série, il est difficile d’avoir un autre sentiment face à cette œuvre. Maintenant, si le public ne connaît pas et qu’il aimerait s’initier à Hokuto no Ken, c’est sans doute la meilleure façon d’apprécier. En revanche, on peut se demander pourquoi le titre mentionne Raoh alors qu’il n’apparaît qu’à quelques moments dans le film. On lui découvre dans ce film d’animation un sentiment qu’on ne lui connaissait pas, l’amour. Sa relation avec Reina semblait être en quelque sorte la clef de voûte du film mais malheureusement cette partie de l’histoire passe vraiment inaperçue à côté de l’affrontement entre Ken et Souther. Dommage, c’était bien essayé.

     

Hokuto No Ken – Raoh Gaiden a donc tenu pleinement ses promesses. Réalisation dynamique et nerveuse, graphisme sublimes, personnages charismatiques et violence. Voilà ce qu’on attendait de lui et c’est ce qu’il nous a apporté. Encore une fois les fans de l’homme aux sept cicatrices se lècheront très rapidement les babines tandis que les autres aura sans doute besoin d’un temps d’adaptation. On attend maintenant avec impatience le prochain qui s’appellera Hokuto no Ken – Yuria Densetsu et qui retracera l’histoire de Yuria, de son enlèvement par Shin au combat contre Jagi.

Emperor Thouther

Emperor-Thouther, aussi surnommé Mini-Ken, a eu une révélation en trébuchant sur une fourchette, perçant ainsi sept trous en forme de constellation de la grande ourse dans sa poitrine. Depuis, il a sillonné les routes de France dans l’espoir de maîtriser tous les secrets de l’école « Hokuto de Cuisine ». Maintenant qu’il a atteint le point culminant de sa force en ayant fait le tour du monde avec une borne d’arcade Atomiswave sur le dos, il s’en est retourné dans sa belle région Bordelaise, où il enchaine les parties de KOF et autres Fatal Fury dans son salon, entre deux épisodes de ses séries Sentai favorites. Ses spécialités : la baston sous toutes ses formes, les FPS, les TPS, les comics, les sentai et bien sûr, l’univers de Tetsuo Hara.

Laisser un commentaire sur cet article :