Hunter X Hunter

Les histoires de chasse au trésor ont toujours eu le pouvoir d’attirer les foules de curieux dont je fais moi-même partie. Je me suis donc laissé tenté par Hunter X Hunter et croyez-moi , je n’ai pas été déçu. Attaquons donc le spécimen…

L’intrigue

L’histoire prend place dans un monde imaginaire. Le héros vit depuis toujours sur l’île de la baleine avec sa tante qui l’a adopté quand il était très jeune. Son nom est Gon et il n’est pas un enfant comme les autres (cf persos). Son plus grand rêve depuis peu est de devenir Hunter, c’est-à-dire chasseur de trésors. Ayant obtenu l’autorisation de sa tante, il se lance à l’aventure et réussit une à une les épreuves pour accéder au test final qui lui permettra de devenir un Hunter attitré. Il sera accompagné durant son voyage de plusieurs personnages dont je ferai une courte description plus bas. Voici donc la teneur de l’intrigue qui s’étoffera au fur et à mesure de l’avancement des tomes.

     

Les personnages

Comme tout shônen (manga pour garçon) qui se respecte, Hunter X Hunter comporte sa dose de personnages, contrairement au shôjo qui utilise le plus souvent le triangle amoureux. Je vais vous en présenter une courte partie car faire une description de tous les personnages présents dans ce manga serait bien trop fastidieux.

Gon :

Gon est le personnage principal de la série. C’est un garçon candide, naïf, qui fait confiance à tout le monde et qui est aimé de tous les animaux. On y retrouve un petit je-ne-sais-quoi de Sangoku. De plus, c’est un enfant plein de ressources : agile, il peut aisément sauter d’arbre en arbre, il a un odorat hyper développé, une super force, un sens du goût terrible (il peut aisément détecter les substances toxiques, grâce à sa bonne connaissance de la flore), et enfin, il possède une vision excellente. Il n’a rien à envier à James Ellyson (de la série The Sentinel) du point de vue des capacités physiques. Il est à la recherche de son père, Jin, un Hunter célèbre qui l’a confié à une tante après la mort de la mère de l’enfant. Le retrouvera-t-il ?

Kurapika :

Kurapika est une des seules survivantes du clan Kurata qui a été décimé par la brigade fantôme, et tout cela par la faute d’une particularité physiologique de ce clan. Sous l’effet d’une émotion violente, leurs yeux changent de couleur pour devenir écarlates, avec pour résultat une couleur magnifique enviée par les plus puissants Hunter. Cette fameuse couleur a entraîné la destruction du clan. Une grande soif de vengeance anime donc cette fille très intelligente et qui se dispute souvent avec…

Léolio :

Léolio est un type tout ce qu’il y a de plus normal, comme il le dit lui-même. Il cherche à devenir Hunter dans le seul but d’amasser une fortune colossale. Et, oui, être Hunter a ses avantages. En réalité, Léolio désire plus que tout au monde devenir hunter afin de pouvoir suivre une formation de médecin, formation qui n’est pas donnée niveau pécunier et qui lui aurait permis de sauver un de ses amis mort des suites d’une maladie dont l’opération coûtait trop cher… De plus, Léolio est très fort.

Kirua :

Kirua est un membre d’une famille d’assassins. Il s’est enfui de chez lui (après avoir légèrement amoché sa mère et son frère), car il ne pouvait plus supporter la pression familiale. Sous son air de petit gars tranquille se cache en fait un tueur terrible. Il échouera à son examen en tuant un concurrent, suite au combat avec son frère.

Voilà pour les premiers personnages que vous rencontrez dans les premiers tomes du manga. Je vous laisse découvrir les suivants pour ne pas vous gâcher le plaisir de découverte.

     

Le style

Tout d’abord, parlons de l’auteur : Yoshihiro Togashi. Il est le dessinateur et scénariste d’une série très connu et appréciée des lecteurs de manga, et plus particulièrement de shônen. Je veux bien entendu parler de Yû Yû Hakusho, un manga de baston/réflexion qui passe actuellement sur TF6, une chaîne câblée que j’ai la chance de capter.

On ne reconnaît pas son style au premier coup d’oeil mais en observant de plus près, on remarque que Léolio ressemble étrangement au rouquin de Yû Yû Hakusho (aïe, je vais me faire engueuler, je connais plus son nom). Pour ceux qui apprécient cette série, le plaisir ressenti en s’adonnant à la lecture de ce petit chef-d’oeuvre (et je ne pèse pas mes mots) ne se fera pas attendre. ^_^

Pour les autres, passée la surprise du graphisme enfantin qui contraste avec le style plus adulte de certaines scènes, le plaisir de lecture (je sais je me répète mais c’est tellement bon !!) fera « illico-presto » son apparition. L’action est omniprésente est est entrecoupée très souvent de phases humoristiques très drôles où la pseudo naïveté de Gon jouera son rôle.

Quoi d’autre ?

Un animé est sorti au pays du soleil levant et ne sortira probablement jamais en France (ça commence à devenir chiant T_T). Les graphismes sont géniaux et c’est toujours Yoshihiro Togashi qui est aux commandes, et c’est tant mieux !!! Des goodies sont disponibles sur la toile et je vous les conseille fortement.

Pour conclure, je vous conseillerais à tous, même aux filles pourquoi pas, de vous procurer ce manga qui est à tomber par terre. Enfin un shônen de la trempe de Naruto (même s’il est sorti avant). Il mérite sa place dans votre bibliothèque à côté des cadors de la japanimation. Si vous arrivez à vous le dégôter en dessin animé, vous aurez bien de la chance…

Les derniers articles par Norisan (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :