inFamous 2

« J’ai vu des gens tendre les bras et leurs deux doigts levés. Leur majeur et leur index toujours en forme de « V ». J’ai donc demandé ce que ce symbole pouvait signifier. Et bien personne ô grand personne n’a pu me l’expliquer. Serait-ce un signe de paix ou bien le « V » de violence ? Quelqu’un sait ce qu’il avance ou ce qu’il fait ? » Ce passage d’une chanson de Stromae résume parfaitement le dilemme moral que devra surmonter Cole dans ce nouvel épisode d’Infamous.

Alors on danse ?!

Pour tous ceux et celles qui n’ont pas joué au premier volet, petite piqure de rappel. Cole MacGrath n’était qu’un petit livreur sans grande importance quand son dernier colis devint la clef qui scella son destin. Après l’explosion survenue à Empire City, Cole se réveilla doté de nouvelles capacités électriques hors norme. On apprenait au fur et à mesure de l’aventure qu’il était voué à devenir le protecteur d’Empire City, menacée par l’arrivée d’un être maléfique, la « Bête ».

     

Deux ans, c’est le temps qu’il a fallu attendre pour avoir enfin entre les mains la suite de cette exclusivité made in Sony. Le jeu commence directement après la fin du premier épisode. La bête est enfin arrivée et Cole est prêt à en découdre avec elle. Malheureusement, le monstre se révèle être un adversaire coriace, obligeant Cole et ses amis à battre en retraite dans le sud du pays, à New Marais. Leur seul objectif sera donc de trouver comment se défaire de ce monstre qui menace les Etats-Unis tout entiers.

Allumer le feu !

Dès les premières minutes de jeu, on en prend plein les yeux avec un boss titanesque façon God of War et des explosions de partout ! On sent que les studios Sucker Punch se sont appliqués sur la réalisation de leur titre pour nous offrir un produit digne des plus grands. Graphisme soigné, animation fluide, il arrive quand même d’avoir certains petits ralentissements et bugs d’affichage. Mais au vu du nombre de choses à afficher à l’écran, on ne peut que le comprendre.

     

On se laissera donc transporter dans les rues de New Marais, à la recherche d’un peu d’action. Avec les multiples missions principales et annexes, la chasse aux fragments et aux pigeons, le joueur aura de quoi faire. C’est sans aucun doute l’un des points forts du soft, car la durée de vie s’étend sur une quinzaine d’heures. Ce nombre pourra sans aucun doute doubler pour tout joueur cherchant à « platiner » le titre.

Peace or Violence ?!

On ne change pas une équipe qui gagne. Toutes les petites subtilités du gameplay qui ont fait le succès d’Infamous sont de nouveau présentes. Il y a toujours le système de Karma, qui si l’on s’y penche de plus près est une chose sympathique, bien qu’elle ne soit pas si indispensable que ça sur l’impact de l’histoire et son déroulement. Le fait de vouloir être du bon ou du mauvais côté de la force influera seulement sur les pouvoirs de Cole et sa façon de se comporter avec les autochtones.

Le feu et la glace s’ajoutent à l’électricité et viennent étoffer un panel de compétences déjà bien complet. Vous pourrez donc créer des vagues de gel, des tornades gigantesques, des salves de feu ou encore de pomper l’énergie vitale des ennemis à proximité de vous. S’ajoutera aussi la possibilité de combattre les adversaires au corps à corps en combinant divers combos avec votre « accumulateur d’énergie », et finir le travail avec panache en décochant un super coup dévastateur. Vous aurez aussi recourt à toutes les anciennes capacités de notre ami Cole pour infliger les plus écrasantes défaites à vos adversaires.

     

En parlant d’ennemis, le bestiaire s’agrandit lui aussi. Dès votre arrivée en ville, vous serez contraint de vous battre contre la milice locale armée jusqu’aux dents. Les problèmes prendront de plus en plus d’ampleur tout au long de l’aventure. Vous tomberez sur des mutants dotés de pouvoirs comme vous, sur des monstres tout droit sortis de mauvais films d’horreur, des soldats, des hélicoptères de guerre ou encore des titans de glace à la force herculéenne…

CGU or not CGU ?

Les développeurs ont pensé à ceux qui ne seraient pas pleinement satisfaits par la durée de vie d’Infamous 2 et ont créé le CGU. Derrière ce mot barbare se cache en réalité un mode de création de niveaux assez original. Il sera donc maintenant possible aux joueurs de faire parler leur côté créatif, mais surtout de le partager avec le monde entier via le PlayStation Network. C’était une bonne initiative, mais la lassitude s’installe après quelques niveaux, car les défis proposés ne sont pas toujours à la hauteur. A réserver aux fans.

Infamous 2 reste donc une valeur sûre dans la ludothèque de la PS3. Ceux qui attendaient la suite des aventures de Cole retrouveront leur marque et leur plaisir sans aucun problème. Mais le jeu saura aussi séduire les nouveaux joueurs voulant si essayer. Son atmosphère, sa durée de vie et son gameplay sont des atouts non négligeables. Même si Sucker Punch ne souhaite pas s’attaquer à un troisième volet pour le moment, on sent que le vent pourrait bien tourner plus vite que l’on ne croit.

Emperor Thouther

Emperor-Thouther, aussi surnommé Mini-Ken, a eu une révélation en trébuchant sur une fourchette, perçant ainsi sept trous en forme de constellation de la grande ourse dans sa poitrine. Depuis, il a sillonné les routes de France dans l’espoir de maîtriser tous les secrets de l’école « Hokuto de Cuisine ». Maintenant qu’il a atteint le point culminant de sa force en ayant fait le tour du monde avec une borne d’arcade Atomiswave sur le dos, il s’en est retourné dans sa belle région Bordelaise, où il enchaine les parties de KOF et autres Fatal Fury dans son salon, entre deux épisodes de ses séries Sentai favorites. Ses spécialités : la baston sous toutes ses formes, les FPS, les TPS, les comics, les sentai et bien sûr, l’univers de Tetsuo Hara.

Laisser un commentaire sur cet article :