inFamous

Cole est un livreur, tout ce qu’il y a de plus commun. Comme vous et moi, il n’a rien demandé à personne. Il a une charmante copine, squatte le toit d’un immeuble avec son meilleur ami, et fait son boulot comme tout citoyen honnête. Fort heureusement pour nous autres joueurs, son petit monde va être totalement chamboulé lorsqu’il atterrit au milieu de la plus grosse explosion qu’ait jamais connue la ville d’Empire City. Fort du champ électromagnétique libéré par la déflagration, Cole se retrouve doté de super pouvoirs à en faire pâlir Superman.

La question se pose alors ; au cœur d’une cité en proie à une violence extrême, dans quel but vous servirez-vous de vos nouvelles aptitudes? Viendrez-vous en aide à la population, ou utiliserez-vous votre force pour prendre le contrôle? L’heure est au choix entre le bien… et la facilité.

Quand Spiderman mange des piles…

La ville ayant été mise en quarantaine, le chaos se propage à vitesse grand V et des groupuscules ayant subi des modifications génétiques dues à l’explosion cherchent à la contrôler par la force. Ce sera à vous de vous occuper de ces malfrats pour le bien-être des habitants ou pour prendre possession de la cité.

     

Pour ce faire, vous devrez descendre dans les égouts afin de rétablir l’électricité de chacune des trois iles qui composent Empire City, celle-ci ayant été totalement vidée de son énergie lors de l’incident. Mais ne vous en faites pas, ces escapades dans les fondations ne sont que de courtes durées et permettent à Cole d’apprendre à maîtriser ses nouveaux pouvoirs. En plus de pouvoir lancer des éclairs à tout va (choses dont on ne se lasse jamais), vous aurez la possibilité de jeter des grenades électriques, de snipper vos ennemis, ou encore d’user de télékinésie. Chaque aptitude pourra être améliorée en fonction des points d’expériences acquis en éliminant vos assaillants, en poursuivant la trame principale ou en terminant des quêtes annexes. Ces dernières ne sont d’ailleurs pas négligeables si vous voulez nettoyer intégralement les rues d’Empire City, car chaque succès « libèrera » une zone urbaine, la rendant totalement neutre et sûre. D’ailleurs, certaines d’entre elles orienteront directement Cole sur le chemin du bien ou du mal, chose qui modifiera les pouvoirs ainsi que l’aspect du héros. Un bon samaritain verra ses pouvoirs plus précis tandis qu’un être vil sera beaucoup plus puissant. Par exemple, tel un jedi, vos éclairs passeront du bleu au rouge suivant votre karma. Encore une fois… à vous de choisir.

Même si votre personnage semble un peu limité au début de votre périple, le système évolutif mis en place par les développeurs vous donnera une sensation de puissance dévastatrice de plus en plus grande et impressionnante au fil du jeu, de quoi éviter les redondances lassantes. Un gameplay peu innovant au vu des productions actuelles, mais diablement efficace. Quoi de plus jouissif que de grimper le long d’un building pour s’écraser lourdement au sol, créant une déflagration surpuissante, détruisant tout ce qui vous entoure sur un rayon de plusieurs mètres ?

     

Génération Comics

L’un des points les plus frappants du jeu se trouve d’ailleurs dans la sensation de liberté qu’il procure. Inutile de vous précipiter sur chaque mission si vous êtes un adepte de Spiderman. Vous êtes libre d’aller où bon vous semble et d’escalader les murs pour sauter de toit en toit si le cœur vous en dit, de soigner des passants involontairement blessés lors de vos échauffourées ou de les maltraiter si vous pensez qu’on vous a regardé de travers (un bon prétexte d’ailleurs pour récupérer des points d’expériences rapidement au vue du grand nombre d’ennemis présent dans les zones non « purifiés »). Fort heureusement, le jeu propose une difficulté relativement bien dosée et à aucun moment vous ne vous retrouverez à balancer votre manette par terre. Cependant, vous ne tomberez pas non plus dans la facilité tant les hordes d’adversaires demeurent coriaces, ce qui donnera souvent lieu à des rixes d’une jouissive intensité.

Il est clair que le titre de Sucker Punch ne mange pas à tous les râteliers, et sans pour autant tomber dans les clichés du super héros vaillant en costume moulant, InFamous s’inspire grandement des bandes dessinés Américaines. Les cutscenes présentes dans le jeu plongent de suite dans l’ambiance comics, ce qui n’est pas pour nous déplaire vu la qualité de celles-ci. Surfant sur une vague actuellement très présente en Occident, il n’est pas rare de faire des comparaisons avec « Spiderman : le règne des ombres » pour sa maniabilité, ou encore avec Frank Miller et son Dark Knight pour sa violence. Le héros lui-même a d’ailleurs été pensé de manière à vous mettre dans la peau d’un homme qui verra sa vie changer radicalement lors de l’obtention de ses pouvoirs, le faisant passer ainsi du simple coursier au personnage torturé par les choix qu’il devra faire pour le meilleur ou pour le pire (source récurrente d’inspiration pour la naissance de chaque super-héros!).

     

D’un point de vue technique, le jeu présente plusieurs défauts comme une modélisation des personnages imparfaite, voire grossière selon les cas. On remarquera aussi un peu d’aliasing, mais l’ambiance noirâtre (voire oppressante) et le design d’Empire City dans son ensemble ont été la cible d’un réel effort et contrebalancent les quelques imperfections passagères. La machine de Sony démontre ici un peu plus de ce qu’elle a dans le ventre, même si nous sommes encore loin de ce qu’elle peut réellement produire.

En définitive, on retiendra d’InFamous un immense défouloir qui ravira plus par ses joutes surpuissantes que par son scénario tardant à se dévoiler. Et autant vous dire qu’il serait dommage de s’en priver, tant son action se montre omniprésente et son gameplay à toute épreuve. Avec la sortie quasi simultanée de [Prototype], les aficionados d’action pure seront servis. Néanmoins, le titre de Sucker Punch met la barre un petit peu plus haut grâce à une mise en scène moins brouillonne et un visuel plus poussé.

Les derniers articles par Nox (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :