Keroro

Après Higepiyo, Webotaku continue dans le burlesque avec cette fois-ci un article sur le plus mignon des envahisseurs tout droit venu de l’espace : Keroro. La petite grenouille issue de l’imagination de Mine Yoshizaki est une véritable star au Japon, mais tarde à trouver sa place sur le sol français. Alors, si vous ne le connaissez pas encore, nous sommes fiers de vous présenter le sergent Keroro !

Une invasion plutôt… discrète !

La planète Titar a décidé d’envahir la planète Terre. Afin de mener à bien cette mission périlleuse, elle envoie l’escouade du sergent Keroro en éclaireur. Arrivé à bon port, tout porte à croire que la mission va tourner au fiasco pour le valeureux sergent Keroro. En effet, sans trace de ses quatre compagnons, l’envahisseur se trouve pris au piège par… deux enfants, Artus et April Monaté ! Il faut dire que cet extra-terrestre n’a pas un aspect de nature à effrayer qui que ce soit. Keroro ressemble plus à une grenouille qu’à un dangereux alien. Suite à un conseil de famille chez les Monaté, Keroro devient officiellement… la grenouille de ménage de la maison ! Mais penser qu’il a totalement abandonné la conquête de la planète Terre serait une grave méprise. Keroro va se lancer à la recherche de ses compagnons, tout en jouant à la grenouille modèle pour éviter de se faire repérer !

     

Une série qui saura réjouir les petits comme les grands

Nul besoin d’avoir regardé une centaine d’animes pour comprendre dès le premier coup d’œil que la force de Keroro réside avant tout dans le comique de situation. La série joue essentiellement sur cet aspect, comme en témoigne l’apparence atypique de Keroro, qui contraste de façon radicale avec ses rêves de grandeur ! L’humour est omniprésent tout au long de la série, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, il se révèle assez complet pour plaire à tous les membres de la famille. En effet, il agit sur plusieurs niveaux, et peut légitimement prétendre tous nous atteindre : les enfants, les adolescents, les otaku, les adultes, tout le monde y trouvera son compte. Et puis, quel spectateur ne tomberait pas sous le charme d’un personnage comme Keroro ? Le rythme effréné de la série renforce cet humour. Facile à regarder en raison d’épisodes assez courts, on ne s’ennuie pas un instant, car les gags fusent à toute allure. Voici indéniablement un atout de taille pour une série qui aspire à être regardée en famille, afin de passer un court moment de détente.

     

Petits, atypiques, uniques… Voici autant de qualificatifs adéquats pour décrire les cinq membres de l’escouade Keroro. Avec des défauts volontairement amplifiés, ces personnages n’en demeurent pas moins attachants et surtout très drôles. Chaque spectateur trouvera sans l’ombre d’un doute la grenouille qui lui ressemble. Tous les goûts étant dans la nature, nous ne vous révèlerons pas l’identité de notre petit chouchou !

   

Sans queue ni tête…

Si le début de la série se déroule dans une logique implacable (arrivée sur Terre, puis recherche des compagnons pour Keroro), le reste n’en demeure pas moins… imprévisible ! En effet, la production a pioché certains moments du manga, mais dans le désordre le plus absolu. Le fan qui souhaite une adaptation pure et dure va être déçu. Pour les autres, cela peut constituer un bon point : rater un épisode ne nous empêchera pas de comprendre, dans la mesure où il n’y a pas de réel fil rouge. Les adeptes des longues intrigues passeront leur chemin et retourneront vers Prison Break, les otaku qui souhaitent se divertir y verront une alternative enfantine aux Simpsons ou à Friends

Vous pouvez trouver mieux que Keroro à tous les niveaux : scénario, intrigue, animation… Cependant, la petite grenouille n’a pour seule prétention que de nous faire rire, et il faut avouer qu’elle y parvient de fort belle manière. Alors, pour peu que vous soyez tenté de partager votre passion pour la japanimation avec votre enfant, vous pouvez commencer par Keroro : votre conjoint(e) ne vous dira plus que c’est trop violent pour votre bambin !

Les derniers articles par darinh (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :