Kingdom Hearts

Square, le roi des RPG aux scènes cinématiques magnifiques, s’associe à Disney pour nous sortir un jeu ? En voilà une idée peu banale ! Vous vous demandez sûrement ce que cela peut donner… Comment associer les qualités de développement de l’un avec le monde féerique de l’autre ? Le résultat va-t-il être concluant ou à mourir de rire ? Et bien sachez que ce petit action-RPG est une très bonne surprise qui est sortie dans nos contrées depuis novembre 2002.

Se mettre dans l’ambiance !

Conformément à la plupart des démarrages d’un bon RPG, après une scène cinématique d’introduction magnifique (à la Square évidement ^^) dont le thème musical est chanté par Utada Hikaru (les fans de J-Pop reconnaîtront) vous prenez les commandes de votre nouveau héros : Sora. Vous atterrissez dans une succession de salles « d’entraînement » ayant pour but de vous familiariser avec les commandes, et de choisir les différentes caractéristiques que vous voulez attribuer à votre personnage. Vous ne serez pas surpris de voir que ces salles comportent pour seul décor un sol orné par des illustrations de Blanche-Neige, La belle aux Bois Dormants, la Belle et la Bête…

Une fois cette partie un peu « vide » terminée, ce qui saute aux yeux dès les premières secondes, c’est l’environnement dans lequel vous évoluez maintenant : une île paradisiaque dont vous reconnaîtrez la touche Square immédiatement ! Qui plus est, vous ferez la connaissance de vos premiers amis qui ne sont autres que…. Tidus, Wakka et Selphie : d’anciens héros des Final Fantasy mais en version enfant ! Une fois quelques dialogues effectués et un premier boss très facilement éliminé, l’aventure débute réellement…

Les premiers instants du scénario vous proposent de mener à bien la vie quotidienne des protagonistes (Sora, Rikku et Kairi) et vous conduisent au grand tournant du jeu : l’arrivée des « sans-cœurs », les ennemis du jeu aux allures d’ombres qui sont dirigés par les grands « méchants » des longs métrages Walt Disney. Ceux-ci ont pour objectif de prendre possession puis de faire disparaître les uns après les autres les différents mondes coexistant dans l’univers. C’est ainsi que celui de Sora va être anéanti et notre héros s’associera avec Donald et Goofy, pour parcourir l’univers à la recherche de ses amis disparus ainsi que du « roi Mickey ».

     

Une multitude de mondes à découvrir…

Vous aurez ainsi le loisir de visiter plus d’une dizaine de planètes ayant pour thème et paysage, les films Walt Disney les plus célèbres (Alice au pays des merveilles, Aladdin, Tarzan, La petite Sirène…). Vous y recevrez l’aide des héros principaux du dessin animé correspondant. Sachez que certains de ces mondes offrent un gameplay différent, par exemple pour Atlantica, celui de la petite sirène, vous serez transformé en triton et vous déplacerez en nageant. Les décors sont magnifiques, et les musiques également, ce qui nous (re)plonge totalement dans l’ambiance magique de Disney que vous connaissez tous. Les fans seront comblés, et même les moins convaincus se laisseront bercer par des mélodies déjà célèbres et les graphismes féeriques de ce jeu. Vous aurez peut-être même envie de vous regarder un bon D.A. après une partie.

Pour les fans de Square, ils se réjouiront de retrouver beaucoup des personnages de Final Fantasy (Squall, Aeris, Youfie…) qui luttent également contre les Sans-cœurs. Leur design est encore signé Tetsuya Nomura (FFVIII, FFX, Parasite Eve). De plus vous verrez qu’une fois encore tous nos héros disposent d’un charisme bien élaboré, comme la plupart des personnages made in Square. Détail amusant : vous vous déplacerez d’une planète à l’autre à l’aide d’un vaisseau spatial conçu à base de pièces détachées que vous aurez ramassées tout au long de votre périple. Chaque pièce apporte ses attributs propres au vaisseau et vous avez la possibilité de les changer à volonté. Ensuite la phase de voyage inter-planétaire se joue à la façon d’un mini jeu de shoot.

     

Un A-RPG très bien réalisé

En effet, si le jeu demeure superbe et coloré au niveau des graphismes, le gameplay est également à la hauteur. Le héros est maniable à la perfection via le joystick analogique gauche, et les commandes auxiliaires répondent parfaitement. Elles s’exécutent à l’aide d’un menu où l’on navigue avec la croix directionnelle. Parmi celles-ci figurent l’attaque et l’utilisation de sorts magiques (dont les invocations), d’items et de coups spéciaux. Vous avez la possibilité d’associer des raccourcis pour effectuer les magies rapidement pendant les combats. Les invocations sont de toute beauté et font appel à des persos Disney (encore ^^) dont Simba du Roi Lion, Dumbo, Bambi…

En ce qui concerne l’aspect RPG, le héros reçoit au fur et à mesure de l’aventure des habilités qui lui permettront diverses actions (comme le super saut) mais aussi de revenir à des endroits auparavant inaccessibles afin de récupérer des coffres ou des bonus intéressants (ce qui rallonge la durée de vie du jeu). Malheureusement, LE défaut majeur du jeu en version européenne réside dans l’absence d’un mode 60Hz : en effet le jeu est un peu ralenti par rapport à sa version d’origine et les grosses bandes noires en haut et en bas de l’écran écrasent l’image, ce qui détériore la visibilité. Cela gène moins que pour Final Fantasy X mais on remarque qu’encore une fois les joueurs européens sont pris pour des… BIP… On peut aussi déceler un autre défaut (mais moins gênant) dans la gestion de la caméra qui « gigote » parfois un peu trop dans l’action et ceci devient pénible lors de phases plates-formes précises ou des combats contre les boss. Ceux-ci sont d’ailleurs très beaux, et ne posent pas trop de problèmes (même pour les débutants). La difficulté du soft reste très bien gérée du début à la fin et celui-ci se termine au bout d’une trentaine d’heures environ si l’on prend la peine de tout explorer de fond en comble, et de venir à bout de toutes les quêtes auxiliaires (trouver les 101 Dalmatiens, les pages déchirées, Boss cachés…).

A noter également la présence d’un doublage intégral en français qui, on peut l’avouer, surpasse de loin ce qui se fait habituellement ! Un point fort du jeu pour les versions américaines et européennes (tiens donc ??? ^^) réside dans l’ajout de boss supplémentaires qui ne figuraient pas dans la version japonaise. Par exemple Sephiroth, des titans de glace et de granit, etc.…. qui peuvent être affrontés dans l’arène de Hercule. Nous avons donc eu droit à la fameuse version « Final Mix ».

     

Et pour l’intérêt ?

Le premier paragraphe de ce test est volontairement axé sur le début peu attractif de Kingdom Hearts, et ceci, car il y a des joueurs qui diront, et je les comprends, que taper sur des ombres (les sans-cœurs) à l’aide d’une clé (le « keyblade » est l’arme de Sora), ce n’est pas très charismatique (© Ryosan)… C’est pour cela que je préciserai qu’une fois le scénario entamé et les bases de l’histoire posées, le jeu devient vite passionnant, vous verrez. De plus les environnements enchanteurs vous scotcheront devant votre écran. Cela dit, si vous n’êtes vraiment pas fan de Disney et si les paysages mignons et colorés vous rebutent, ce jeu n’est pas fait pour vous. Il convient encore plus particulièrement aux joueurs ayant gardé une âme d’enfant et en recherche d’un peu de tendresse dans ce monde de brutes… Mais le mieux est encore, si vous pensez ne pas être convaincu, de l’essayer car soit on aime, soit on déteste !

Pour finir, on peut dire que ce jeu fait parti des meilleurs titres de la PS2, et pour peu que vous soyez fan des RPG de Square ou des longs métrages de Walt Disney, il devient incontournable. Si vous possédez une console ricaine ou jap, ou bien modifiée permettant de faire passer l’import, vous avez la possibilité de vous rabattre sur la version U.S. du titre (ou la future version japonaise : Final Mix) sur laquelle le 50 Hz ne fait pas des siennes et vous posséderez ainsi la parfaite mouture du jeu.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :