My Wife is a Gangster

S’il est un genre dans lequel excellent les réalisateurs coréens depuis quelques années, c’est bien la comédie. Plus que de simple enchaînements de gags, leurs comédies englobent bien souvent plus d’éléments, et même certains qui sembleraient contradictoire avec le genre. C’est encore le cas de My Wife is a Gangster (Jopok Manura en coréen), véritable film d’action/comédie/drame captivant !

Big Brother est une femme

Cha Eun-Jin est une véritable légende dans le milieu mafieux coréen, aussi connue sous le surnom de Mantis (tiré de la mante religieuse, l’insecte capable d’avaler tout cru ses congénères mâles après avoir copulé). Bras droit (Big Brother) d’une organisation, elle est aussi redoutable un couteau à la main qu’intraitable dans son travail de gangster. Cette femme est même carrément considérée comme un homme par ses 50 hommes de main qui travaillent sous sa coupe. Mais elle a un point faible : sa sœur aînée, gravement malade, qui tente de trouver le bonheur dans celui de sa sœur cadette. Elle lui transmet ses rêves de fonder une famille et lui demande donc de se marier et d’avoir un enfant. Chose inimaginable pour un Big Brother qui a autant de féminité qu’une coquille d’huître.

Sa nouvelle mission : trouver un homme naïf pour faire office de mari. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la tache s’avère ardue pour cette femme qui ne connaît rien aux rapports humains normaux, qui ne sait pas sourire, qui est incapable du moindre geste chaleureux et qui a pour habitude d’écraser tous les hommes qui passent à sa portée. Après quelques tentatives ultra comiques, arrive Kang Su-Il, un homme tout ce qu’il y a de plus normal, voire basique – sans être méchant -, fonctionnaire de son état, qui tente de l’aider face à deux malotrus. Le malheureux ne sait pas à quoi il s’expose ! Le voilà embarqué dans un mariage peu commun, véritable conte de fées (pour lui) qui tourne vite au film d’horreur.

     

Une comédie tragique d’action

A l’image de My Boss, My Hero, My Wife is a Gangster mélange allègrement les genres et plonge le spectateur tour à tour dans une comédie burlesque, un film d’action époustouflant et un drame humain irréversible. Autant le mélange sonnait un peu faux pour My Boss, My Hero, autant Jo Jin-Gyu réussit une alchimie que l’on aurait dit incompatible de prime abord avec ce superbe My Wife is a Gangster. Aux scènes de pur combat de rue sauce yakusa se mêlent d’incroyables quiproquos délirants, comme on peut s’y attendre avec le scénario décrit ci-dessus. D’autres passages très douloureux viennent se greffer pour apporter de nouveaux sentiments aux spectateurs et donner une vision peu idéaliste du milieu mafieux.

Rarement comédie n’aura déclenché autant d’hilarité sans se soumettre aux codes du genre. Quel régal de suivre les péripéties de Eun-Jin, véritable yakusa sans peur ni reproche, affronter les frasques de la vie quotidienne. Tout d’abord la recherche d’un conjoint, avec tout l’entraînement que cela nécessite question féminité (mention spéciale à sa professeur particulière), puis dans la vie de couple qui reflète bien l’enfer du mariage arrangé et enfin dans la volonté d’avoir un enfant… par tous les moyens.

     

Un cocktail détonnant qui ne laisse pas indifférent

Comme toutes ces scènes bien différentes s’enchaînent à merveille, sans laisser de répit au spectateur, on accroche facilement à My Wife is a Gangster. Difficile de rester indifférent face aux nombreux quiproquos soulevés par les situations ultra comiques et magistralement jouées par les comédiens. L’actrice principale joue à merveille avec son visage pour accroître encore plus le comique de situation, grâce notamment aux nombreux gros plans qui laissent les acteurs s’exprimer essentiellement avec leurs traits. Les scènes d’action aussi bénéficient d’un soin tout particulier, usant avec parcimonie de plans tantôt lointains, tantôt rapprochés et ne se perdant jamais dans des artifices répétés comme on en a l’habitude.

Si vous cherchez une comédie rafraîchissante qui vous apporte vraiment du bon temps, ne cherchez pas plus loin. My Wife is a Gangster ne prend que le bon côté de la comédie et du film d’action tout en y apportant une dimension plus tragique pour bien lier les deux et souligner leur connectivité.

Ryosan

Ryo est celui qui a lancé WebOtaku en l’an 2000 avec une telle puissance que cela a provoqué le fameux bug. C’est le sauveur de notre espèce, le défenseur des opprimés, l’instigateur d’un mouvement international visant à défendre les valeurs de la pop-culture otaku. Il en a vu des choses malgré son jeune âge, un peu comme un héros de J-RPG déjà blasé de la vie et considéré comme un vétéran à même pas 30 ans. Du coup, ayant atteint son level 99, on lui a lancé le pari fou d’étendre notre influence jusqu’au Québec. Et il est parti vivre ainsi son DLC canadien, tabernacle. C’est ça la master-classe. Ses spécialités : Tout. Quand on vous le dit : master-classe !

Les derniers articles par Ryosan (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :