Princesse Mononoke

Au début des années 80, Hayao Miyasaki a un projet en tête qui se nomme « Mononoke Hime », mais il n’aboutira pas directement. En 1995, le studio Ghibli commence la production de son onzième film. Miyasaki annonce d’emblée que ce sera son dernier film, même si on sait aujourd’hui que cela n’a pas été le cas. Ce film est sorti au Japon le 12 juillet 1997 et en France le 12 janvier 2000. Il a rapporté au Japon plus de 140 millions de dollars, soit plus que ce qu' »ET » l’extraterrestre avait généré. Il fut nominé pour l’oscar 1998 du meilleur film étranger.

Un contexte historique troublé et la découverte de la nature

L’histoire se déroule dans l’ère Muromachi, période troublée par l’effondrement du système féodal médiéval. Le Japon se dirige vers l’époque moderne. A cette époque, la population avait beaucoup augmenté, et l’on coupait de plus en plus de bois pour survivre. Malgré cela, dans les quelques forêts vierges qui subsistaient, les animaux comme les sangliers ou les cerfs comprenaient le langage des humains. Ils les combattaient quand ceux-ci envahissaient leurs sanctuaires.

Mononoke Hime fait apparaître, tout comme Tonari no Totoro l’avait fait, la vision que Miyasaki a du monde actuel. Il pense que les humains ont peu à peu oublié leurs origines, et que la destruction progressive de la nature à l’heure actuelle des espaces naturels sera suivie d’une rébellion de la nature. La nature finira par l’emporter sur le genre humain. Miyasaki au service de Greenpeace ? Quoiqu’il en soit, le message passé par le maître est bien là et je peux vous assurer qu’il vous marquera si vous n’avez pas encore vu le film. Je pense tout particulièrement à la scène où les sangliers bien qu’ils sachent qu’ils vont mourir, attaquent désespérément les humains…

     

Une introduction qui en dit long sur la qualité du film

Le film commence par l’attaque d’un sanglier maudit sur un village de montagnards. Laissez moi vous dire qu’à ce moment, la musique de Joe Hisaishi rend particulièrement bien le personnage d’Ashitaka. Cette scène nous montre le caractère héroïque du jeune homme, destiné à diriger sa tribu. Pour sauver des petites filles de son village, Ashitaka n’hésite pas à combattre le Tatarigami (= dieu maléfique, ici le sanglier Nago).

Malheureusement pour lui, il devient maudit après avoir été blessé. Il doit alors quitter le village selon la coutume du clan, la shaman lui indique qu’il pourra trouver solution à son problème dans une région située à l’Est. Commence alors le voyage d’Ashitaka… D’emblée, on est plongé dans un film qui s’annonce fantastique, la scène du départ du prince restera longtemps dans ma mémoire (la musique y est sans doute pour beaucoup), voir Ashitaka partir sans que personne, à part sa soeur, ne vienne lui dire au revoir, fut un grand moment d’émotion.

     

Dame Eboshi, la méchante du film ?

Lorsque Ashitaka parcourt les terres voisines de son village, il rencontre deux soldats blessés qu’il soigne et raccompagne à leur village. Pendant le trajet, ils traversent une forêt où Ashitaka voit San purifier le sang d’une gigantesque louve. Impressionné il poursuivit sa route jusqu’au village. Là il fait la connaissance de Dame Eboshi. Elle est venue de loin et c’est elle et son armée d’arquebusiers qui ont tiré sur Nago. Elle est donc responsable du maléfice d’Ashitaka, mais aussi du déboisement de la forêt. On peut donc, au premier abord, penser qu’Eboshi est la méchante du film, et pourtant… On s’apercevra que la cause qu’elle défend est aussi très juste. Finalement, Miyasaki a su donner à ce personnage toute la contradiction de la dimension humaine. Dans ce film il n’y a pas de manichéisme, pas de vrais méchants, pas de vrais gentils. Tous les personnages ont une cause à défendre, et c’est cela qui fait la force de Mononoke Hime.

     

Le dvd zone 2 européen

Oui, récemment, le dvd européen Mononoke Hime est sorti sous le label de Buena Vista. Beaucoup de fans l’attendaient, le désiraient. Que vaut-il vraiment ? Est-il à la hauteur de nos attentes ? Cela dépend en fait, de vos attentes ^_^ Si vous désiriez seulement le film dans votre dvdthèque, vous serez satisfait, pourtant, je doute qu’il y ait beaucoup d’otaku dans ce cas. En effet, les bonus présents sur la galette sont trop faibles pour assouvir notre passion, la véritable bande-annonce du film et un reportage sur les doubleurs américains (sugoi !!). Non franchement, cette édition n’est pas satisfaisante, je vous conseille celle qui paraîtra à la fin de l’année qui sera, je l’espère de tout coeur, plus digne d’un tel chef d’oeuvre.

Mononoke Hime est un film d’animation superbe, véritable consécration pour le maître Hayao Miyasaki à des années lumière de tout ce qui se fait dans ce genre. Au niveau scénaristique, les différents personnages et leurs histoires sont tous parfaitement réussis. Mononoke Hime est un chef d’œuvre et ce chef d’œuvre mériterait une plus grande reconnaissance. L’édition collector dvd, prévue pour la fin de l’année 2002, je le répète, saura normalement satisfaire pleinement les fans de japanim’ et devra nous proposer un peu plus qu’une simple bande-annonce. Wait and see…

Les derniers articles par Kei (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :