Psychometrer Eiji

Les manga très frais qui traitent avec humour des problèmes de la jeunesse japonaise sont à la mode en ce moment avec GTO. Psychometrer Eiji fait un peu partie de cette nouvelle vague de manga (enfin pas si récente que ça car l’oeuvre date quand même du milieu des années 90) où la violence et les déboires des jeunes occupent une place importante dans le scénario. Ajoutez à cela un héros capable d’utiliser des pouvoirs de « medium » et une charmante inspectrice responsable des enquêtes sur les tueurs en série, et vous obtenez un excellent polar fantastique à la sauce manga où l’humour tient une place importante.

Des meurtres comme si vous y étiez…

Eiji Azuma est un lycéen de 17 ans d’apparence tout à fait ordinaire, mais qui cache un lourd secret. Il possède le don de psychométrie, c’est-à-dire qu’il peut ressentir sous forme de flashes les derniers événements qu’ont vécus une personne ou un objet, rien qu’en les touchant. La vie d’Eiji va changer le jour où un tueur en série va commettre un meurtre dans le lycée de sa demi-sœur Emi. Inquiet pour celle-ci, notre jeune héros se précipite sur le lieu du crime où se trouve encore Emi, et c’est alors qu’il percute une très jolie jeune femme dans les escaliers. Au contact de cette femme (nommée Ryôko Shima), Eiji a immédiatement une vision. Il devine que Ryôko est en fait une inspectrice de police enquêtant sur un tueur en série et prononcera par mégarde le nom de celui-ci : « Moebius ». Ryôko, à l’entente de ce nom sensé être top secret, comprend que le jeune homme n’est pas un garçon comme les autres, et décide de le suivre pour percer son secret. C’est ainsi que ces deux personnages vont s’unir pour élucider des enquêtes toutes plus intéressantes et compliquées les unes que les autres, l’une en établissant le profil des meurtriers, et l’autre en fournissant les indices nécessaires grâce à son pouvoir.

     

Psychometrer Eiji vous plonge directement dans l’univers des tueurs en série. Vous n’échapperez donc pas aux meurtres bien sanglants et parfois morbides de jeunes filles mutilées et autres fantasmes d’esprits dérangés. Cette ambiance malsaine et pesante qui règne lors des enquêtes de nos amis saura vous immerger complètement et à un tel point que vous n’en démordrez pas avant de connaître le coupable et le dénouement de chaque chapitre. Suivre les raisonnements de Ryôko sur les comportements des assassins (profiling), et essayer d’assembler les pièces du puzzle que nous apporte Eiji avec les croquis de ses visions sont un réel plaisir et un bon sport cérébral. Ainsi, si vous aurez du mal au début à bien cerner les diverses pistes que l’auteur nous dévoile, tout devient clair sur la fin, et c’est là que vous vous exclamerez : « bon sang mais c’est bien sûr ! »… De plus, les solutions ne comportent peut-être pas toujours une explication scientifique, et parfois vous devrez vous pencher vers le paranormal…

Heureusement que l’humour est là !

Oui c’est bien vrai ça ! Rassurez vous, vous ne devrez pas constamment vous torturer le cerveau à retourner des indices dans tous les sens pour élucider un quelconque mystère. L’atmosphère malsaine que vous aurez à supporter pendant les enquêtes laisse place, avant que la situation ne devienne lassante, à de bonnes scènes comiques où nos héros se donnent en spectacle (par exemple Eiji se fera remettre en place par sa petite sœur alors qu’il fait le beau devant ses copines). De même l’humour coquin que l’on apprécie tant chez les Japonais sera également de la partie : Ryôko n’hésitera pas à user de ses charmes pour arriver à ses fins avec Eiji (de 7 ans plus jeune qu’elle tout de même). L’ambiance « années lycée » (rappelant celle de GTO) est également au rendez-vous, et l’auteur n’hésite pas à aborder les problèmes et tendances des jeunes Japonais de l’époque avec dérision. A noter les quelques pervers ridicules qui font leur apparition dans le manga, et qui en tiennent une belle couche ^__^.

     

Autre point sujet à la rigolade : le passé de voyou de Eiji. En effet le jeune homme n’a jamais suivi avec un grand intérêt ses cours, c’est le moins que l’on puisse dire. Il préférait de loin aller traîner à Shibuya avec son meilleur pote Tôru afin de castagner deux ou trois trouble-fête appartenant à des bandes rivales, ce qui lui a valu de conserver jusqu’à aujourd’hui une réputation de violent, et permis d’acquérir de bonnes connaissances dans l’art du combat de rue mine de rien… Ainsi vous ne serez pas surpris d’assister comme dans GTO à de bonnes scènes de baston comme on les aime, et de voir nos héros finir quelquefois leurs aventures dans un état pitoyable…

Un manga très profond

Sachez que si les enquêtes policières restent l’intérêt principal de l’œuvre dans les premiers volumes, celles-ci ne deviennent plus qu’une manière détournée d’en savoir plus sur nos héros au fur et à mesure que les tomes paraissent. Les investigations stressantes de Eiji, Ryôko et leurs amis permettent de découvrir le caractère de ceux-ci, et d’apprendre à connaître leurs réactions par rapport aux situations diverses auxquelles ils doivent faire face. De même, les événements forts et bouleversants que vivra le tandem de choc auront tendance à les rapprocher, et bien que Eiji soit encore lycéen et que Ryôko ait « déjà » 25 ans, des rapports assez ambigus vont naître entre les deux personnages principaux. Emi, la demi sœur d’Eiji éprouvant aussi une attirance certaine pour son « frère », des tensions vont évidement se créer entre elle et Ryôko, ce qui donnera lieu à de drôles de dialogues entre ce « triangle amoureux ». Quels sont exactement les rapports qu’entretiennent Eiji et Ryôko ? Tel est en quelque sorte le fil conducteur du manga.

   

Enfin, des chapitres où les intrigues policières seront totalement absentes viendront s’intercaler avec les enquêtes de nos amis afin de mettre l’accent sur le passé ou la vie quotidienne des personnages du manga. Vous verrez que ces tranches de vie demeurent particulièrement cocasses ou attendrissantes, et contribuent à plonger complètement le lecteur dans l’histoire. C’est à ce moment là que le scénario d’Ando Yuma dévoile toute sa profondeur, et que vous vous attacherez forcément aux personnages (si ce n’est déjà fait).

Quant au dessin de Asaki Masashi, rien à dire, il convient parfaitement à l’atmosphère du manga. Si le trait paraît un peu hésitant dans les premiers volumes, il devient de plus en plus constant, et les visages des personnages n’en ressortent que plus fins. Les décors sont en général bien détaillés et on peut y reconnaître le quartier de Shibuya où se déroule souvent l’action. En résumé, Psychometrer Eiji propose un excellent scénario, des personnages intéressants et attachants, et un design qui, sans être transcendant, reste très agréable et se bonifie continuellement.

 

Les personnages

Eiji Asuma : Le personnage principal de l’histoire. Il a 17 ans et possède le don de psychométrie. Si au départ Eiji souffrait de ce pouvoir et s’en servait n’importe comment, désormais, et cela grâce à son ami Yûsuke, il l’a accepté et voit les choses différemment. D’un caractère enjoué et plutôt beau garçon, il aime passer du bon temps à draguer des minettes avec ses amis plutôt que d’aller en cours. Il a tiré une croix sur son passé de voyou, mais ne crache pas sur une bonne bagarre « entre potes ». Sa rencontre avec Ryôko va lui faire comprendre la portée de son don spécial, et en quelque sorte, lui ouvrir les yeux sur les choses importantes de la vie…

Ryôko Shima : Cette jeune femme flic de 25 ans cache bien son jeu. Intelligente, belle et sexy, elle ne se prend pas au sérieux, et on ne croirait pas à ses tenues qu’elle fait partie de la police. Son attitude délurée et provocante a tout de suite plu à Eiji (tout comme son physique), et c’est peut-être pour cela qu’il a accepté de l’aider dans ses enquêtes sans trop poser de problème. Mais son caractère apparemment fort cache une personnalité sensible et elle n’est visiblement pas indifférente au charme de Eiji, mais ne le lui montre pas, ou plutôt, tente de lui cacher. Elle est experte en profiling, et les nombreuses affaires difficiles qu’elle a résolues lui confèrent une brillante carrière dans la police.

Emi Asuma : La jeune demi-sœur d’Eiji. Agée de 15 ans, elle est relativement mûre et consciencieuse pour son âge, bien qu’elle se laisse parfois aller à délirer avec ses copines. C’est elle qui s’occupe d’Eiji et le nourrit quand ses parents ne sont pas là. Elle éprouve plus que de l’amour fraternel pour celui-ci, et, malgré le fait qu’elle soit déjà très jolie, tente tant bien que mal de se rendre plus femme pour lui, ce qui la mettra dans des situations embarrassantes par moments. Emi, Ryôko et Yûsuke sont les seuls à connaître le secret d’Eiji.

Yûsuke Kasai : L’ami d’enfance d’Eiji. C’est avec lui que celui-ci a appris à vivre avec son don. Yûsuke est en quelque sorte l’opposé d’Eiji. Très intelligent, il aime étudier, et dès qu’il a un moment de libre, plonge son nez dans les bouquins. D’un naturel calme, il préfère étudier longuement une situation avant d’agir. Eiji et Yûsuke se servent mutuellement de confident, et savent presque tout l’un de l’autre. Par exemple Eiji sait pertinemment que son ami est éperdument amoureux d’Emi. Un de leurs rares points communs reste le courage dont ils font preuve lors de leurs enquêtes.

Tôru Egawa : Un autre des meilleurs potes d’Eiji. Tôru est celui avec qui Eiji aime traîner en ville et faire les quatre cents coups. Nombreuses sont les batailles de gangs qu’ils ont remportées rien que tous les deux. On ne sait pas qui des deux est le plus fort, mais ils savent bien que s’ils devaient s’affronter un jour, ce serait un combat sans merci. La passion de Tôru pour les nanas est sans limite : il sait qu’il plaît aux femmes et en profite.

Si vous avez aimé GTO et que vous cherchez un manga à l’ambiance équivalente, mis à part Shonan Junai Gumi qui n’est pas encore disponible en tomes reliés, Psychometrer Eiji est le manga contemporain qui s’en rapproche le plus. De plus, si vous êtes fan d’enquêtes policières et de tueurs en série, Psychometrer Eiji est sans aucun doute fait pour vous.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :