Shining Force EXA

Fleuron du T-RPG du temps de la défunte Saturn, la saga des Shining Force compte de nombreux admirateurs. Malheureusement, le prestige de la série s’est clairement érodé avec le poids des années. Les développeurs ont donc décidé de ressusciter la licence, en mettant de côté l’aspect tactique pour se tourner vers l’A-RPG, ou plutôt le « hack and slash – RPG ». Mais cet élan de renouveau n’a pas connu l’effet escompté, bien au contraire… Après un Shining Tears et un Shining Force Neo plus que moyens, Sega remet une couche avec la sortie de Shining Force Exa. Voyons ensemble si le petit dernier s’en sort mieux que ses aînés.

La Shining Force brillera de nouveau

Shining Force Exa nous conte l’histoire de Toma, un tout jeune épéiste au caractère fonceur et imprudent, Cyrille, une mystérieuse magicienne ayant une grande connaissance du monde, Gadfort, un chevalier aussi fort que sage, et enfin Maebelle, une archère elfe adorant la nourriture. Nos quatre compères sont à la recherche de la fameuse Shining Force, une épée mythique censée donner pouvoir et puissance à celui qui la trouve. Après une fouille désespérée de plusieurs mois, nos héros réussissent à mettre la main dessus, et contre toute attente, c’est le jeune Toma qui parvient à l’enlever de son socle, prouvant que c’est lui « l’Héritier ». L’épée fusionne avec son bras droit, et un étrange gardien lui apprend qu’il est l’heureux acquisiteur de la Géo-Forteresse, un château volant représentant toute la puissance de l’Héritier.

     

A peine remise de ses émotions, la joyeuse équipe doit faire face à une grande menace. Deux nations s’affrontent sans merci : l’Empire humain de Noswald et Fyrland, la nation humanoïde des Magnus. Enlisés dans un combat sans fin, les dirigeants des deux camps aimeraient bien mettre la main sur l’épée magique, pour l’utiliser en vue de remporter la guerre. Aidé par ses compagnons et le gardien de la forteresse, Toma utilisera tous ses pouvoirs nouvellement acquis pour, dans un premier temps, redonner à la forteresse toute sa puissance afin d’arrêter les conflits et sauver le monde, puis par la même occasion, prouver qu’il est le plus fort.

A-RPG ou Bourrin-RPG ?

Dans Shining Force Exa, tout se passe « en finesse ». Les combats se déroulent en temps réel, et l’équipe de combattants, composée de trois membres, fait face à des dizaines d’ennemis à la fois. Pour attaquer, une simple pression sur le bouton croix suffit, alors que les magies s’utilisent avec triangle et les objets avec carré. Simpliste au possible, le système ne permet aucune esquive et autre protection, ce qui donne une action bourrine et répétitive : on tape, on se guérit, on tape. Quelques combos et autres attaques spéciales sont disponibles selon l’arme choisie, mais il est quasiment impossible d’y parvenir dans une mêlée, vu que le moindre coup arrête l’enchaînement. Reste donc un bon défouloir, où des dizaines d’ennemis tombent sous les coups d’épées, rapportant argent, équipement et mythril, à la manière d’un MMORPG.

     

Pour pallier au manque de réflexion du système de combat, les développeurs ont pensé à renforcer la partie gestion de l’équipement et augmentation des statistiques. Grâce aux deniers durement récupérés, vous aurez la possibilité de forger vos armes et armures, afin de les rendre plus puissantes. Il en va de même pour votre force physique ou magique, que vous pourrez booster en dépensant du mythril. Une foultitude d’alternatives vous est offerte, et l’on peut orienter son personnage selon ses envies les plus folles. Le seul hic vient du système de combat lui-même : puisqu’il faut tuer le plus d’ennemis le plus vite possible, autant booster la force tout de suite. Pourquoi perdre son temps avec le reste ?

Si l’on a compris ce principe, le jeu devient d’une simplicité quasi enfantine. Plus besoin de faire attention à la vie, les ennemis meurent avant d’avoir pu nous toucher. Et quand les plus coriaces résistent à nos attaques, ils sont généralement tellement forts que l’on ne peut rien faire, si ce n’est prendre ses jambes à son cou. Dommage de constater à quel point le gameplay souffre d’un mauvais équilibrage de la difficulté, qui nuit grandement au plaisir de jeu.

Une Forteresse multifonction

Acquise au tout début de l’histoire, la Géo-Forteresse devra dans un premier temps être restaurée pour montrer tout son potentiel. Il faudra pour cela trouver des sphères de métal disséminées un peu partout. Evidemment, l’Empire fera tout pour vous barrer la route. Après quelques heures, la forteresse pourra utiliser un canon surpuissant, fournir des robots ou encore servir de radar avec une portée plus ou moins grande. Pour un peu, elle ferait même un bon café en jouant votre musique préférée.

     

Cette partie customisation apporte une part d’originalité bienvenue, ce qui nous pousse à sortir des sentiers battus pour essayer de trouver de nouvelles pièces à rajouter. Outre le chemin principal, le monde de Shining Force regorge de coffres cachés, zones dangereuses et autres arènes secrètes qui ne demandent qu’à être découverts. Heureusement que la partie exploration reste agréable et bien exploitée car elle représente le seul point fort du jeu aux côtés du sympathique chara design.

Quant aux graphismes, rien d’extraordinaire à se mettre sous la dent. Si les modestes cut-scenes réalisées tantôt en dessin animé, tantôt en CG ou encore en cel-shading sont agréables à regarder, il en va autrement pour le jeu. Les environnements simplistes n’arriveront jamais à vous éblouir, et pour cause, l’affichage des ennemis prend quasiment toutes les ressources de la pauvre PS2 qui a parfois du mal à suivre. En effet, tout comme dans Shining Force Neo, la console ralentit considérablement son débit d’images par seconde dès que le nombre de personnages affichés dépasse la vingtaine. La musique quant à elle se laisse écouter simplement, sans jamais nous surprendre ou nous émerveiller.

Dans Shining Force Exa, les bons points côtoient les mauvais, et malheureusement pour le soft, le côté obscur a tendance à l’emporter. Bien loin d’égaler l’ancienne saga phare du T-RPG, ce nouvel épisode représente plutôt un jeu d’action bourrin sans prétention, avec une aventure longue et riche en exploration. A vous de voir si vous accrochez ou non, mais il va de soi que seuls les gamers ayant apprécié Shining Force Neo trouveront leur bonheur ici !

Laisser un commentaire sur cet article :