[TEST] Atelier Meruru : The Apprentice of Arland

Le troisième et ultime épisode du segment « Arland » de la série des Atelier arrive enfin chez nous. Après Rorona et Totori, c’est aujourd’hui Meruru que l’on va transformer en alchimiste chevronnée en suivant le même schéma que dans les précédents opus. Faites chauffer la soupière.

atelier-meruru-the-appr-4f30f7e1b902bMeruru est une jeune princesse gâtée qui rêve de devenir alchimiste comme son idole Totori. Mais son père, le roi d’Arls, est un peu réticent à cette idée. Il finit cependant par céder au caprice de sa fille à condition qu’elle mette son savoir au service de ses sujets. C’est ainsi que Meruru va accomplir tout un tas de quêtes visant à étendre le royaume et améliorer la vie des habitants.

C’est la même… chanson

atelier-meruru-the-appr-4f30f7d760e5cIl n’y a rien de pire que de se répéter. Pourtant, à chaque épisode de la trilogie Arland, on y est obligé. Je vous invite donc à lire le test d’Atelier Rorona qui vous donnera une idée du gameplay étant donné que la structure du jeu reste la même dans l’ensemble. On retrouve donc un système de missions à remplir quasiment identique aux volets antérieurs. Quand elles ne concernent pas des monstres à chasser ou des objets à trouver, elles vous envoient récolter des matières premières afin de réaliser des recettes. Une fois vos items synthétisés, vous les apportez à un PNJ, et ainsi de suite. Tout comme dans Atelier Rorona et Totori, cet enchainement d’objectifs rarement épiques induit une certaine monotonie que seuls les fans de la licence sauront surmonter. Par chance, Gust a corrigé certaines lourdeurs de gameplay pour rendre l’expérience moins rébarbative qu’à l’accoutumée. A titre d’exemple, une connexion entre votre inventaire et votre coffre à item évite les aller-retours fastidieux. Les combats au tour par tour, même s’ils demeurent molassons, sont également un peu plus stratégiques.

Ton royaume tu étendras

atelier-meruru-the-appr-4f30f7e0022afA chaque quête accomplie, Meruru gagne en popularité et en ressources pour étendre son royaume. A la manière de Dark Cloud (développé par Level-5), elle modifie la carte du monde à travers ses missions en débloquant de nouvelles zones. En plus d’élargir le royaume d’Arls, cela a pour effet de donner naissance à des infrastructures telles que des magasins. Un système de voyage rapide permet d’aller d’une zone à l’autre.

atelier-meruru-the-appr-4f30f7de640f4Quant à la réalisation, on note que le rendu a gagné en finesse. La modélisations des personnages se révèle plus aboutie, et les décors moins vides qu’auparavant. On est encore loin des modèles de beauté actuels, mais l’ensemble pique nettement moins les yeux que beaucoup de titres nippons du même registre (qui a parlé de Gust ou Idea Factory ?). Et puis il y a cette petite touche Atelier qui fait toujours son petit effet, notamment grâce à la bande-son guillerette et entrainante, ou encore le chara-design super mignon. A condition bien sûr que le lolicon ne vous rebute pas. Dernier point à souligner : les textes sont uniquement en anglais, mais les voix par défaut dans la langue de Shakespeare peuvent être mises en japonais.

Atelier Meruru conclut la trilogie Arland sur une bonne note, et s’impose comme le meilleur épisode. En allégeant le gameplay de certains poncifs et en l’enrichissant sur d’autres points, Gust a su trouver un bon équilibre… pour les fans du genre.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

2 commentaires

  • Je suis assez d’accord avec le commentaire précédent. Cette licence devient décevante sur le plan technique. Mais je reste fan du concept, et les épisodes vont en s’améliorant. Heureusement… Après le test est objectif et j’imagine que le rédacteur veut éviter l’acharnement. Ca se voit dans le test de Rorona. :/

  • Je sais que cette licence reste avant tout intéressante pour son gameplay et je ne donne que peu d’importance aux graphismes, mais quand même… Il y a un manque flagrant d’investissements dans certains domaines et l’esthétique en fait largement partie, je trouve le paragraphe concernant cela presque gentillet. Quoiqu’il en soit je ne comptais pas me le prendre, plus de déceptions que de réussites pour cette série de jeux.

Laisser un commentaire sur cet article :