[TEST] Atelier Rorona Plus

La trilogie Arland de la saga Atelier aura finalement eu droit à deux versions de chaque opus, les « remake » étant estampillés de la mention « Plus ». C’est Rorona, le premier épisode chronologiquement parlant, qui a bénéficié de son petit lifting en dernier. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le jeu d’origine, on vous invite à consulter notre premier test de Rorona. Pour l’heure, on va se concentrer sur les ajouts de cette nouvelle version, et déterminer si elle mérite toute notre attention ou non.

Encore et toujours plus…

new-atelier-rorona-the-origin-story-of-alchemist-of-arland-playstation-vita-1378126756-020Contrairement à Totori et Meruru Plus, ce remake est disponible à la fois sur Vita et PS3, avec une fonction Cross Save. A savoir que si vous possédez des sauvegardes des opus précédents, cela vous octroie des petits cadeaux sous forme de costumes et autres goodies électroniques qui font toujours plaisir aux gros geeks que nous sommes. De même, cet épisode permet de transférer des objets récupérables dans les épisodes Totori et Meruru grâce à son système de capsules temporelles. Rien de bien foufou, mais il est bon de le signaler. Autre bonus plaisants : la présence d’Esty (issue d’Atelier Meruru) en tant que personnage jouable, et de nombreux costumes supplémentaires tout au long de l’histoire.

new-atelier-rorona-the-origin-story-of-alchemist-of-arland-playstation-vita-1378126756-013Le changement le plus notable concerne bien évidemment l’aspect graphique, avec en premier lieu une refonte des modèles 3D des personnages. Les héroïnes super mignonnes, qui font tout le charme de la série, apparaissent ici sous un nouveau jour, plus adultes, plus « femmes » (je vous aime…), ce qui tranche avec le côté enfantin de la version originale. Et ce n’est pas plus mal ! On remarque que le moteur utilisé ici est celui de Meruru Plus ; on a donc de vraies améliorations graphiques, sur le rendu de l’eau notamment ou encore au niveau des animations bien plus naturelles (on part de loin ceci dit), mais les décors souffrent toujours d’un cruel manque de finition. Comme d’habitude, l’écran de la Vita a tendance à offrir une image plus soignée que sur PS3.

On apprécie également de pouvoir customiser l’atmosphère musicale en changeant le thème des combats ou les musiques d’ambiance en ville, avec des morceaux issus des autres épisodes, Escha & Logy inclus. Dernier ajout majeur, la présence d’un arc scénaristique supplémentaire débloqué à la fin de l’aventure. On y retrouve la présence de Totori et Meruru projetées dans le passé à la suite d’une expérience d’Astrid. Cependant, en dépit du plaisir de contrôler le trio d’héroïnes (avec des costumes bonus et tout et tout…), la frustration a tendance à prendre le pas sur tout le reste tant la difficulté de cette partie s’avère aberrante en comparaison du parcours principal (à moins que ce ne soit moi qui aie raté un truc, auquel cas je veux bien qu’on me donne des astuces). Dommage.

Au fourneau !

new-atelier-rorona-the-origin-story-of-alchemist-of-arland-playstation-vita-1378126756-010Le titre apporte aussi quelques améliorations au système de jeu, en particulier pour ce qui touche à l’alchimie, au suivi des tâches à accomplir et aux combats. Mais attention ! Si vous avez joué aux derniers épisodes, c’est-à-dire ceux du segment « Dusk » (Ayesha, Escha & Logy), ne vous attendez pas à un gameplay aussi souple. Non, on reste dans la lignée de Meruru Plus, ce qui implique des synthèses laborieuses, coûteuses en MP, des délais de réapprovisionnement très longs, etc. Les allers-retours pour trouver les matières premières figurent toujours au menu, tout comme l’obligation de payer les partenaires. Le level design n’a pas gagné en originalité non plus. Quant aux combats, ils conservent heureusement une bonne part de stratégie (malgré le fait que l’on ne contrôle pas 6 personnages comme dans Escha & Logy), ceci en partie grâce à la fonction de soutien. Cela dit, le challenge n’est pas très élevé en moyenne durant toute l’aventure, et la difficulté ne réside finalement pas là où on l’attend.

new-atelier-rorona-the-origin-story-of-alchemist-of-arland-playstation-vita-1379354781-052Le gros point noir du titre d’origine est en effet toujours là : il reste très délicat de trouver une méthode efficace pour gérer son temps, et bien jongler entre l’exploration, la confection d’items, les délais d’approvisionnement, ainsi que l’entrée d’argent qui va souvent à l’encontre du gain de popularité… Autant dire que ceux qui souhaitent voir toutes les fins vont s’arracher les cheveux. Inutile de préciser que jouer avec un guide sur les genoux se révèle obligatoire tant les différentes conditions à remplir pour tout débloquer demeurent complexes. Dernière chose à signaler, le titre est comme à l’accoutumée uniquement en anglais dans le texte, mais les doublages existent en anglais et en japonais.

  • Système de combat :

  • Système de Synthèse :

  • Comparaison :

L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Malgré sa progression rébarbative et exigeante, Atelier Rorona Plus dispose d'une atmosphère séduisante et d'un gameplay somme toute addictif qui plaira aux fans de la série. Les ajouts (majoritairement gadgets) ne justifient pas forcément de retenter l'aventure pour ceux qui l'ont déjà retournée à 100%, mais les joueurs désireux de connaître l'avant Ayesha ont de bonnes raisons de se procurer cette mouture un peu « assouplie » et plus jolie techniquement. Quant aux mordus de la saga Atelier, on sait très bien qu'ils ont déjà craqué, à la fois sur PS3 et sur Vita !

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :