[TEST] Atelier Totori Plus : The Adventurer of Arland

Disponible depuis l’année dernière au Japon, Atelier Totori Plus est arrivé sans crier gare sur le PlayStation Store occidental fin mars. Aucune annonce, aucune publicité, rien n’a été mis en place pour prévenir de la disponibilité du titre. Allez, on va s’empresser de rattraper ça avec un petit test rien que pour vous.

Pas de surprise, Atelier Totori Plus est la conversion sur PS Vita du jeu PS3 sorti chez nous en septembre 2011, mais avec quelques retouches mineures en ce qui concerne les attributions de touches. Ainsi, on retrouve le gameplay déjà adopté avec l’épisode Rorona. Il s’agit donc essentiellement de remplir différentes missions récupérées à la taverne entre deux quêtes principales, lesquelles requièrent de synthétiser tout un tas d’objets à partir de matières premières. Celles-ci se récoltent sur les terrains visités.

Toutes vos actions et tous vos déplacements consomment une fraction du temps à votre disposition pour terminer l’aventure (qui doit être conclue avant l’ultimatum qui vous est fixé au début). Vous devez évidemment venir à bout d’ennemis lors de combats au tour par tour très classiques. Peut-être même trop d’ailleurs car leur manque d’originalité peine à convaincre sur le long terme. De même pour le level design quasi-inexistant et les décors tristement vides et basiques. Des lacunes qui pèsent lourd lorsque l’on sait que le jeu encourage les allers-retours répétitifs entre les différentes zones.

Réservé aux fans

Totori est une jeune demoiselle qui rêve de devenir une aventurière comme sa mère. Après avoir rencontré Rorona et appris les bases de l’alchimie avec elle, elle décide de partir à la recherche de sa chère maman par-delà l’océan. Voilà pour le scénario qui tient en toute honnêteté sur un ticket de métro. Fort heureusement, le soft jouit en contrepartie de nombreux atouts comme une palette de personnages uniques, drôles et attachants à l’origine de dialogues vraiment sympas à suivre. De plus le concept d’alchimie a déjà fait ses preuves et ravira une fois de plus les fans de la série. Mais c’est surtout l’univers gai et coloré de la saga qui alloue une fois de plus tout son charme à cet épisode, et qui déterminera si vous accrocherez ou non.

Les PLUS de la version Vita

Cette mouture PS Vita comprend également tous les DLC payants parus sur PS3. Ceux-ci englobent 3 personnages (Iksel, Cuderia et Cecillia), des costumes (bikini, infirmière, etc.), une arme pour Totori ainsi qu’Orthogalaxen, un donjon bonus (avec son boss surpuissant) disponible en fin de partie. Les fans d’Atelier Rorona devraient d’ailleurs reconnaitre ce dernier rajout. Enfin, vous trouverez aussi des illustrations bonus dans le menu « Extra ».


L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Un peu plus abouti que Rorona, mais beaucoup moins agréable que Meruru ou encore Ayesha (lesquels ont su faire des concessions pour assouplir le gameplay), Atelier Totori Plus s’adresse avant tout aux amateurs de J-RPG légers et plus encore aux fans de la série. Ce nouveau format portable permet d’en profiter partout tout en affinant son rendu visuel.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :