[TEST] Dead Space 3 + Awakened

Dans notre test du deuxième volet, nous revenions sur les qualités de la saga Dead Space, qui représentait jusqu’à aujourd’hui le nouvel ambassadeur du survival-horror. Pourquoi jusqu’à aujourd’hui ? Eh bien parce qu’à l’instar de Capcom et sa licence Resident Evil, Visceral Games a décidé de verser davantage dans le plein d’action et le shoot à outrance avec ce troisième volet. Ce choix risqué ne va-t-il pas dénaturer la série ? Réponse ci-dessous.

Jamais deux sans trois

Au début de cet épisode, on retrouve un Isaac abattu, complètement dépité suite à son échec amoureux avec Ellie. En effet, tandis que la belle se démène pour contrer la menace que représentent les nécromorphes, Isaac lui, désire simplement oublier ce cauchemar en menant une vie paisible, quitte à faire l’autruche. En parallèle, les unitologues, inconscients du danger, cherchent toujours à exploiter les pouvoirs du monolythe et à faire « évoluer » l’espèce humaine. Soudain, deux hommes font irruption dans la chambre d’Isaac, dont un certain John Carver. Ces soldats engagés dans la lutte contre les nécromorphes contraignent notre héros à les suivre car il est le seul à pouvoir interagir avec les monolythes. Ainsi débute cette troisième épopée.

Même si le background reste relativement intéressant, on ne peut pas dire que l’histoire de Dead Space relève du génie. Cela dit, il faut reconnaitre qu’un effort a été fourni dans cette suite pour étoffer le synopsis. Les motivations des unitologues occupent le premier plan avec une trame pas trop mal fichue, les personnages sont plutôt réussis et on a même droit à un triangle amoureux pour les adeptes de romantisme. L’histoire délivre son lot de révélations percutantes auxquelles personne ne s’attendait, ce qui est une bonne chose en soi. Cela dit, on ressent un arrière-gout violent de Mass Effect dans le scénario, et les joueurs qui ont déjà bouclé la saga RPG de BioWare ne seront pas étonnés par la tournure des évènements. Finalement, la possibilité de revêtir l’armure N7 du commandant Shepard n’est peut-être pas si anecdotique que ça…

Le petit chimiste

Mis à part l’ajout d’une roulade d’esquive, les commandes restent sensiblement les mêmes. Les principales nouveautés du soft proviennent de la personnalisation de l’armement. Contrairement aux opus précédents où votre arsenal se débloquait en ramassant des schémas de flingues, ici, vous avez la possibilité de récolter des pièces d’armes et même d’en fabriquer en amassant diverses quantités de matériaux. Une fois à l’établi, libre à vous de confectionner toutes sortes de pétoires modifiables à volonté. Si votre mitraillette n’est plus efficace contre un type d’ennemi, vous pouvez échanger votre canon contre un fusil à pompe muni d’un embout de lance-roquette en tir secondaire. Et tant qu’à faire, autant créer une autre arme équipée de lames tournoyantes électrifiées secondées par un méga PK. On n’est jamais trop prudent ! On se prend rapidement au jeu de la création, les armes demeurant customisables en profondeur. On a également accès à des circuits comme auparavant, histoire de booster aussi la puissance de tir, ainsi qu’à des modules permettant d’ajouter des dégâts de feu ou acides entre autres fonctionnalités de support.

Côté réalisation, le jeu est beau. Très beau même. L’animation et la modélisation des personnages rendent le tout très réaliste, et la mise en scène soignée parfait ce tableau très cinématographique. Les doublages demeurent eux aussi de qualité et contribuent avec brio à l’immersion du joueur. En revanche, il y a encore beaucoup de bugs à déplorer. Je me suis par exemple retrouvé coincé dans une armoire (reload obligatoire…), j’ai aperçu à de nombreuses reprises des bouts de cadavres rebondissant à l’infini à travers la pièce, des flammes mortelles n’apparaissaient pas à l’écran (je suis mort plusieurs fois avant de comprendre le bug…), quelques bugs d’affichage induisaient des stries occultant une bonne partie de l’image et des pièces rares de mon inventaire ont carrément disparu alors que je les avais équipées… Ça fait beaucoup mis bout à bout.

Et pour l’ambiance ?

Eh bien oui, l’ambiance, quelle est-elle ? Parce qu’après tout, c’est son atmosphère oppressante qui a alloué à Dead Space ses lettres de noblesse. Sur ce point, je ne peux qu’émettre un avis en demi-teinte. Je suis un fan absolu de survival horror, et c’est la raison pour laquelle j’avais adoré les premiers opus. Ici, le jeu est encore plus orienté action que ne l’était le 2, ce qui me gêne énormément, car on s’éloigne du concept original et son espace claustrophobe. Les ennemis arrivent souvent par vagues énormes de tous les côtés et l’ensemble se transforme rapidement en véritable boucherie. De plus, les créatures s’avèrent résistantes, parfois même trop, si bien que l’on se fait vite malmener si l’on ne bourrine pas dans le tas à grand renfort de stase, notamment en co-op. M’est avis que le soft aurait gagné en qualité si les développeurs n’avaient pas abusé sur le nombre de créatures, quitte à les endurcir davantage.

Un constat d’autant plus dommage que certaines zones flanquent réellement les miquettes, mais on n‘atteint jamais le niveau de stress et de pétoche que l’on ressentait dans l’épisode initial. Surtout quand on évolue à deux, puisque l’on perd toujours un peu de vue l’aspect horrifique en co-op. Cependant, en mode co-op, la campagne propose un ajout très intéressant. Le deuxième joueur prend le contrôle de Carver, et ce personnage secondaire dispose de sa propre histoire détaillée dans les quêtes auxiliaires sous forme de visions. Ce qui est bien pensé, c’est que le joueur dans la peau d’Isaac ne voit pas les flashs et autres apparitions de Carver, et n’entend pas non plus les mêmes choses.

De quoi procurer une bonne raison de refaire l’aventure en échangeant les rôles. D’autant que les amateurs de succès/trophées seront contraints de refaire le jeu un minimum de quatre fois dans différents modes de difficulté s’ils souhaitent atteindre les 100%. Cela dit, je ne cautionne pas du tout ce procédé dans la mesure où l’on ne conserve pas ses bonus d’armure et ses ressources/armes d’un mode de jeu à l’autre. En outre, la difficulté du mode survie totale est telle que l’on nous pousse quasiment à l’achat des armes et autres packs de « triche » disponibles en DLC pour faciliter grandement la tâche. Si encore le challenge (automatiquement paramétré en « difficile ») demeurait intéressant, pourquoi pas, mais on a vraiment affaire à un calvaire. La raison principale du malaise ? La collecte de ressources est le seul moyen de créer trousses de soin, munitions, pièces d’armes, etc. Et celles-ci sont hyper limitées, surtout au départ, et ce malgré le besoin de vider un chargeur complet pour venir à bout d’un simple ennemi. Par ailleurs, la création de chaque item fait perdre un temps fou à l’établi à la longue. Et ne parlons même pas du mode fou furieux dans lequel votre sauvegarde est supprimée en cas de game over… Bref, j’ai passé mon chemin.

Awakened

Awakened est le premier (et dernier ?) DLC de Dead Space 3 qui prend place à la fin de la trame principale. Contre toute attente, ce DLC est plus fidèle à l’ambiance originale que le jeu dans sa globalité. Plus flippants, plus prenants, les 3 chapitres de cet add-on s’engloutissent agréablement. En particulier grâce à la petite touche « Silent Hillesque » qui permet de retrouver ce sentiment étouffant et le mystère qui nous avaient séduits aux débuts de la série. Hélas, les deux heures que délivre Awakened sont bien trop courtes pour rattraper l’action débordante fournie par l’ensemble des 19 chapitres, lesquels s’étalent sur 12-15 heures environ.

L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
En définitive, malgré tous ses défauts, Dead Space 3 est un bon titre, mais n’atteint pas le niveau de ses prédécesseurs. On a là une aventure bien rythmée, plutôt sympa à faire en co-op avec un pote, mais qui s’éloigne de l’atmosphère originale au grand dam des fans de survival horror. Les amateurs d’action et de shoot devraient y trouver leur compte, mais les fans de la première heure ressentiront forcément une déception plus ou moins prononcée en fonction de leur attrait pour les TPS. Rien d’étonnant donc à ce que les ventes soient décevantes, et à ce que EA ait suspendu la série. Bref, un jeu à faire quand il aura beaucoup baissé de prix selon moi.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :