[TEST] DeadLight

Les œuvres traitant de zombis sont très populaires ces temps-ci. Contrairement à The Walking Dead qui mise davantage sur son récit, DeadLight se focalise sur l’action et la plateforme.

deadlight-xbox-360-1343749772-114DeadLight se déroule le 4 juillet 1986 après une invasion de morts vivants. On contrôle Randall Wayne qui recherche sa femme et sa fille. Il espère les retrouver dans un refuge installé à Seattle ; un voyage dangereux qu’il va mener en solo. Voilà pour le synopsis très commun à la plupart des films de zombis. Le jeu ne se prive pas de mettre en avant ses inspirations avec de nombreuses références aux titres majeurs de ces dernières années. Ainsi, il ne faut pas s’étonner de noter un style « comics » et une atmosphère rappelant ceux de The Walking Dead, ou encore des clins d’œil à 28 jours plus tard et Je suis une légende. Cela dit,ce qui frappe en tout premier lieu lorsque l’on démarre DeadLight, c’est son traitement graphique tout en contrejour. Particulièrement intéressant, ce parti-pris visuel se marie à merveille avec la jouabilité plateforme du soft, comme c’était déjà le cas avec Limbo il y a deux ans. deadlight-xbox-360-1343749772-068Ce dernier représente d’ailleurs le jeu dont se rapproche le plus DeadLight en termes de gameplay. On retrouve le même type de puzzles (bloc à pousser, etc.) et de progression par l’échec à base de checkpoint, où le but est d’éviter de trépasser bêtement. Chute, câble électrique, bassin d’eau profonde (etc.) sont autant de guet-apens mortels à éviter, mais ils font aussi office de solutions pour vous débarrasser de vos prédateurs. En effet, il est fréquent de croiser la route de zombis (ici appelés « ombres »), et si la fuite reste fréquemment la meilleure issue, l’affrontement est parfois inévitable.

L’armée des morts

deadlight-xbox-360-1343749772-102Deux solutions s’offrent alors à vous, et la première n’est autre que la confrontation directe. A l’aide de votre hache et du pistolet (que vous trouvez quelques temps après le début de l’aventure), vous avez l’opportunité de vous frayer un chemin à travers les lignes de morts vivants. Seulement voilà, chaque swing de votre hache consume énormément d’endurance, tandis que les balles de révolver sont une denrée rare. Dans l’optique d’éviter le gaspillage de vos ressources et de vous retrouver encerclé, mieux vaut opter pour une approche plus fine en exploitant intelligemment l’environnement et en leurrant les ombres vers des pièges. Pour ce faire, il convient d’étudier le level design qui propose souvent plusieurs itinéraires, puis d’attirer l’attention des ennemis. Rien de bien révolutionnaire dans l’ensemble, mais le jeu se laisse parcourir agréablement grâce à son gameplay solide, son atmosphère sombre à souhait (mention spéciale à l’excellente bande-son) et son intrigue qui se dévoile peu à peu au travers d’indices secrets à récolter. Ceux-ci encouragent en outre à recommencer chaque stage afin de tout découvrir. Ce qui est une bonne chose car l’aventure se boucle en seulement 4 heures. Une très bonne surprise malgré tout !


Grâce à son cachet visuel unique, son atmosphère angoissante et son gameplay impitoyable inspiré de Limbo et Prince of Persia, DeadLight s’alloue une place de choix parmi les titres les plus intéressants du Xbox Live Arcade. Sans doute la meilleure surprise de ce Summer of Arcade 2012 aux côtés de Dust : An Elysian Tail.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

2 commentaires

  • J’hésitais à me le prendre mais l’article m’a convaincu. Et je n’ai pas été déçu. L’ambiance du jeu est vraiment excellente, et c’est vrai que ça rappelle Limbo. Ce qui n’est pas un mal du tout !

Laisser un commentaire sur cet article :