[TEST] Dragon Ball Fusion (3DS)

Tous les fans de manga et d’animation japonaise, qu’ils soient petits ou grands, connaissent Dragon Ball. L’animé phare du Club Dorothée a connu de nombreuses adaptations en jeux vidéo depuis les années 80, et si la plupart des titres sont dans le pur style jeu de baston, nous avons également eu droit à des jeux d’aventure, du MMORPG, du jeu de cartes et même un Shoot ’em up avec Dragon Ball: Dragon Daihikyō. Mais, aujourd’hui ce qui nous intéresse, c’est le tout dernier jeu de rôle tiré de l’univers d’Akira Toriyama : Dragon Ball Fusions sur Nintendo 3DS. Bandai Namco a-t-il bien fait de sortir de ses sempiternels jeux de combat pour nous proposer une nouvelle expérience ? Voyons ça ensemble.

Une nouvelle histoire… Enfin presque

Le jeu nous raconte une histoire inédite dans l’univers Dragon Ball, celle de Tekka et Pinich, deux expert en arts martiaux qui ne trouvent plus d’adversaire à leur mesure. Ils décident donc de réunir les sept boules de cristal et font le vœu de pouvoir combattre les plus grands guerriers. Sur ce, le dragon Shenron exauce leur prière et crée un monde réunissant une tonne de personnages venus de toutes les époques de Dragon Ball, que ce soit du manga, des animés et même des films/OAV. Dans ce nouveau monde composé de lieux emblématiques de la série, votre but sera d’atteindre le dernier étage où se déroulera le plus grand championnat d’arts martiaux jamais vu. Mais pour y arriver, la route sera jalonnée d’obstacles.

Si l’histoire de Dragon Ball Fusions n’est pas exceptionnelle et sert presque de prétexte pour réunir tout le monde au même endroit, elle se suit avec délectation si on est un tant soit peu fan de l’œuvre d’Akira Toriyama. On prend plaisir à découvrir des lieux connus, voir des visages familiers et surtout on sourit régulièrement devant les diverses situations et dialogues cocasses. Par contre, si vous n’êtes pas un connaisseur de l’univers Dragon Ball vous risquez rapidement de vous ennuyer et de ne pas comprendre les nombreuses allusions à ce dernier.

Dragon Ball X Grandia

Rapidement, notre personnage principal – que nous créons au début du jeu –  comprend que dans ce nouveau monde combattre seul n’est pas possible. Il (ou elle selon votre choix) va donc partir à la recherche de compagnons. Vous l’aurez compris, il est l’heure de croiser Goku, Gohan, Trunks, Vegeta, mais également des visages bien moins mis en avant d’ans d’autres jeux de la licence comme Yamcha ou encore Videl. On va pouvoir recruter ou combattre différents personnages de l’univers Dragon Ball, ce qui va s’avérer très utile pour progresser dans le jeu.

Les combats de Dragon Ball Fusions se passent en mode tour par tour dans une arène en 5 VS 5. Chaque combattant est lié à une nature de combat : vitesse, attaque ou défense, respectant un principe de rapport de force semblable à  un classique « pierre/feuille/ciseaux ». Par exemple, un personnage rapide ne frappera pas fort mais aura l’avantage de porter le premier coup. Cet élément est important, car comme dans un RPG à la Grandia, l’ordre de combat se fait sur une barre de temps et si on arrive à frapper l’adversaire assez fort en premier, on peut faire reculer sa barre de temps, voire lui faire perdre un tour complet si on le fait sortir de la zone de combat. Mais, pour réussir ce formidable coup, il faut bien choisir ses alliés afin d’avoir une équipe bien équilibrée entre vitesse, force et défense.

Un jeu estampillé Dragon Ball n’en serait pas vraiment un sans un système de combos et de super attaques. Comme dans un RPG classique, on peut faire une attaque simple, mais les «magies » sont ici bien différentes. Pas de Feu, éclair, glace ou autre invocation mystique. Ici, les super coups sont des Kamé Hamé Ha, des Canon Garric, ou des Masenko qui procurent de la jouissance en barre pour tout fan qui se respecte. Si on prépare bien notre attaque, il est possible de faire très mal à l’adversaire en l’envoyant valdinguer vers nos coéquipiers pour lui faire plus de dégâts, ou mieux, s’en servir comme une boule de bowling pour vider les barres de vie des autres ennemis présents dans l’arène. Enfin, si ce n’est pas suffisant pour mettre fin au combat, on peut déclencher la fusion de nos cinq personnages pour former un demi-dieu tout puissant rasant tout sur son passage pendant quelques secondes.

FUUUUUUsion

Le système de fusion est d’ailleurs la grosse nouveauté de ce DBF et permet de faire fusionner chaque combattant de votre team avec quasiment tous les autres. Je dis quasiment car on ne pourra pas faire fusionner n’importe qui ensemble. Mais, le choix est tout de même immense et donne d’excellents résultats, qu’il soit hyper classe tel un Krilin fusionné avec Goku enfant (résultat Gorilin) ou hyper comique (n’importe qui avec un Cell Jr/Saibaiman). Une fois la fusion opérée, il faut choisir une technique à garder pour le nouveau personnage car il ne peut en « transporter » que trois au maximum. Toutefois, ce choix n’est pas définitif et on pourra modifier les super attaques  de nos personnages classiques ou fusionnés facilement, ce qui tombe bien car on en gagne à chaque victoire.

Concernant les fusions, si elles ne nous conviennent pas, on peut revenir en arrière aisément et retenter une nouvelle opération. Mais ne comptez  faire fusionner vos personnages ultimes dès le début, car pour réussir cet assemblage certaines conditions sont nécessaires comme avoir tel niveau, avoir dépassé tel stade du jeu ou encore avoir vu telle scène cachée… Ce qui nous pousse à fouiller chaque recoin du jeu étant donné que ces séquences optionnelles sont nombreuses et peuvent être très facilement manquées. Heureusement, on a la possibilité de retourner sur nos pas pour les débusquer grâce à un système de navigation sous forme de volets plutôt pratiques.

Pour terminer, intéressons-nous à la réalisation de Dragon Ball Fusions. Le soft reste fluide même lorsque l’écran est inondé de sprites (notamment lors des attaques à cinq) et la partie graphique s’avère assez jolie pour un jeu 3DS. Rien de splendide, mais on reconnaît tout de suite les personnages et les lieux de l’univers Dragon Ball. Enfin, concernant la partie sonore, si les bruitages sont de très bonne facture, les musiques accompagnant l’action ne resteront pas dans les annales.

L'avis d'Angels :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Si Dragon Ball Fusions n'atteint pas le perfect à cause de petits soucis de redondance et d'un scénario anecdotique, il n'en reste pas moins un bon J-RPG tiré de l'œuvre d'Akira Toriyama. Parcourir ce nouveau monde et partir à la chasse aux pokémons.... Euh pardon, aux différents personnages (plus ou moins cultes) pour les faire fusionner puis s'affronter reste un véritable délice. A condition d’être fan de la saga Dragon Ball bien sûr.

Angels

Angels

Est-ce un avion ? Un oiseau ? Non c'est Angels habillé de sa superbe camisole. Son super pouvoir ? Il peut avaler des tonnes de RPG, Survival Horror, Manga, Anime et films assis sur son fauteuil sans jamais souffrir de troubles hémorroïdaires. Quoi comment ça c'est pourri comme pouvoir ? Il sait aussi casser des noix entre ses fesses, c'est déjà mieux ? Par contre, attention, il se murmure dans des cercles très fermés qu'il prend son pied à torturer des grands-mères à grand renfort de vannes merdiques, et qu'il a un faible pour les Petits Poneys. Oui, il est dangereux. TRES dangereux.
Angels

Les derniers articles par Angels (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :