[TEST] Dragon’s Dogma : Dark Arisen (PS4)

Fidèle à lui-même, Capcom nous refait le coup de la réédition de l’une de ses « récentes » productions. Ceci dit, on ne va pas s’en plaindre car Dragon’s Dogma a été l’un de nos coups de cœur de la génération précédente.

Issue du cru Capcom 2012, Dragon’s Dogma faisait office de coup d’essai en matière d’Action-RPG en monde ouvert pour le développeur, et représentait à quelques détails près ce que l’on attend d’un Skyrim revisité à la sauce japonaise. On vous invite d’ailleurs à lire notre test très détaillé du titre original si vous n’avez pas eu l’occasion de le parcourir, afin de bien mesurer son potentiel.

Le scénario cryptique n’est pas ce qui maintient l’intérêt du joueur, malgré des personnages secondaires charismatiques et une trame de fond pas si anodine quand on creuse le sujet. La grande force du jeu réside plutôt dans son ambiance unique et son univers attractif. Côté technique, les graphismes et textures d’un autre temps, les environnements un peu vides et la mise en scène en demi-teinte sont rattrapés par une direction artistique de qualité. Mention spéciale pour la tombée de la nuit particulièrement bien retranscrite avec un réel changement d’ambiance. La bande son aux accents symphoniques qui accompagne avec justesse chaque situation et le thème de l’écran titre signé par le groupe de pop-rock japonais B’z sont une véritable réussite. Les dialogues automatiques des NPC peuvent cependant agacer à la longue.

Remise au goût du jour

Gameplay ultra nerveux, combats épiques contre des monstres gigantesques, quêtes annexes en quantité, design accrocheur, le jeu ne manquait pas de qualités. Mais il souffrait à sa sortie de lacunes plus ou moins pénibles. A commencer par des voyages instantanés très onéreux, peu pratiques et disponibles seulement après plusieurs dizaines d’heures de jeu. Ce qui poussait le joueur à multiplier les allers-retours monotones à pieds dans Gransis (le monde du jeu). Autre souci majeur : des chutes de framerate lors des sauvegardes ou en ville.

Suite aux retours des fans, Capcom a tenté de corriger ces défauts dans la version Dark Arisen sortie un an plus tard, et a également effectué plusieurs ajustements pour rendre l’aventure plus agréable. On comptait sur ce portage pour hausser le niveau technique comme sur PC, avec entre autres des textures en HD, un framerate de 60 fps voire de la 4K pour la PS4. Mais il n’en est rien. Le rendu reste globalement celui de la PS3, avec comme seule satisfaction les 30 fps constant.

Le Récif de l’Amertume

Véritable intérêt de la mouture Dark Arisen pour les pionniers du jeu, l’île abritant le donjon bonus destiné aux héros de haut niveau est accessible dès le départ en parlant à Orla sur la jetée de Cassardis. A l’intérieur, préparez-vous à être malmené pendant une vingtaine d’heures au moins par des ennemis inédits, des boss encore plus colossaux et même par la grande Faucheuse. Celle-ci rôde dans les couloirs aux allures de Dark Souls et peut vous étaler en un coup. Ce donjon offre aussi l’opportunité de mettre la main sur des équipements et talents supplémentaires.

L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Avec son donjon bonus et ses ajouts / ajustements, Dragon’s Dogma : Dark Arisen offrait une seconde jeunesse à un soft déjà addictif. Même si ce portage fainéant ne nous a pas forcément convaincu, ce soft disponible à moins de 30€ se doit de figurer dans votre collection si vous ne l’avez jamais parcouru durant la précédente génération. Dragon’s Dogma fait partie de ces diamants à l’état brut bien trop sous-estimés. Si seulement le développeur avait corrigé l’I.A. des pions plus que perfectible et incorporé un vrai mode co-op…

 

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :