[TEST] Dragon’s Dogma : Dark Arisen

Fidèle à lui-même, Capcom nous refait le coup de la réédition de l’une de ses récentes productions. Ceci dit, on ne va pas s’en plaindre car Dragon’s Dogma a été l’un de nos coups de cœur de l’an dernier. D’autant qu’en plus d’apporter du contenu supplémentaire, cette mouture baptisée Dark Arisen s’en vient gommer quelques erreurs de jeunesse.

Une copie revue et corrigée

Nouvelle licence issue du cru Capcom 2012, Dragon’s Dogma fait office de coup d’essai en matière d’Action-RPG en monde ouvert pour le développeur, et représente à quelques détails près ce que l’on attend d’un Skyrim revisité à la sauce japonaise. Gameplay ultra dynamique, combats épiques contre des monstres gigantesques, quêtes annexes en quantité, design accrocheur, le jeu ne manque pas de qualités. On vous invite d’ailleurs à lire notre test très détaillé du titre original si vous n’avez pas eu l’occasion de le parcourir, afin de bien mesurer son potentiel.

Mais Dragon’s Dogma souffrait à sa sortie de lacunes plus ou moins pénibles. A commencer par des voyages instantanés très onéreux, peu pratiques et disponibles seulement après plusieurs dizaines d’heures de jeu. Ce qui poussait le joueur à multiplier les allers-retours monotones à pieds dans Gransis. Autre souci majeur : des chutes de framerate lors des sauvegardes ou en ville. Suite aux retours des fans, Capcom a corrigé ces défauts dans la version Dark Arisen, et a également effectué tout un tas d’ajustements pour rendre l’aventure encore plus agréable. Ceux qui ont joué au soft d’origine peuvent importer leur sauvegarde et récolter en bonus 6 nouveaux costumes ainsi qu’une pierre de téléportation à usage infini (de quoi remercier pour le béta-test en quelque sorte).

Le Récif de l’Amertume

Véritable intérêt pour les pionniers du jeu, l’île abritant le donjon bonus destiné aux héros de haut niveau est accessible dès le départ en parlant à Orla sur la jetée de Cassardis. A l’intérieur, préparez-vous à être malmené pendant une vingtaine d’heures au moins par des ennemis inédits, des boss encore plus colossaux et même par la grande Faucheuse. Celle-ci rôde dans les couloirs aux allures de Dark Souls et peut vous étaler en un coup. Ce donjon offre aussi l’opportunité de mettre la main sur des équipements et talents supplémentaires.

Si le développeur pouvait corriger l’I.A. des pions plus que perfectible (heureusement, ils parlent déjà beaucoup moins pour ne rien dire !) et ajouter un vrai mode co-op, nul doute que le titre frôlerait la perfection. Mais même en l’état, ce Dragon’s Dogma : Dark Arisen est une petite pépite qui mérite d’être bichonnée.


L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Avec son donjon bonus et ses ajouts / ajustements conséquents, Dragon’s Dogma : Dark Arisen offre une seconde jeunesse à un soft déjà excellent. Disponible à moins de 30€, ce bijou du genre se doit de figurer dans votre collection, ne serait-ce que pour féliciter la prise de risque de Capcom (chose rare de nos jours).

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :