[TEST] Fairy Fencer F : Advent Dark Force (PS4)

Fairy Fencer F n’avait pas marqué les esprits à sa sortie fin 2013. Il s’était même plutôt ramassé sévèrement. Et comme les petits gars de Compile Heart aiment bien se faire mal, ils ont jugé bon de remettre le couvert avec cette version retravaillée estampillée Advent Dark Force. A moins que ce soit nous qu’ils aiment faire souffrir…

fairy-fencer-f-advent-dark-force-3Je dois aussi être masochiste car à chaque fois qu’un titre de Compile Heart débarque, il faut que je l’essaye pour voir si le résultat fait toujours autant de peine. Pour ne rien changer, j’ai encore envie de me trancher les veines en découvrant le spectacle affligeant qui se déroule sous mes yeux. Comment peut-on oser sortir un truc aussi moche sur PS4 (voire même sur PS3) ? Si on se rejoint tous pour convenir que la réalisation ne fait pas tout, il faut tout de même un minimum syndical pour ne pas perdre la face.

fairy-fencer-f-advent-dark-force-2Sorti des illustrations toujours aussi mignonnes grâce au chara design soigné, tout ce qui se rapporte à la réalisation donne envie de se pendre. Modélisation digne de la PS1, textures à la ramasse, animation hyper simpliste, mise en scène et level design minimalistes, etc. Bref, vous l’avez compris, le fossé avec la concurrence se creuse à chaque nouvelle production en ce qui concerne ce studio et je vais finir par y laisser ma peau à ce rythme. Restons cependant professionnel et tentons de nous accrocher avec le reste. Comme l’OST par exemple. Ou pas, car la bande-son se révèle très inégale. Certains morceaux aux sonorités J-Pop ou Rock peuvent donner la pêche et séduire les amateurs du genre, mais la grande majorité s’oublie très vite. Constat d’autant plus surprenant que c’est Nobuo Uematsu qui est en charge de l’OST.

Fan-service, quand tu nous tiens

fairy-fencer-f-advent-dark-force-sexyAh ça, on aime bien le fan-service chez Compile Heart, à tel point que c’est devenu leur fond de commerce. Ici, on suit un ado classique du nom de Fang qui gagne le pouvoir de fencer en retirant une épée magique du sol, laquelle héberge l’esprit d’une fée nommée Eryn. C’est ainsi qu’il devient le maître d’Eryn (tiens donc…), et qu’il apprend que son but est de récolter toutes les épées disséminées à travers le monde pour libérer une déesse. En récompense, il se fera exaucer ses vœux les plus fous (TIENS DONC). Il sera bien entendu entouré de jeunes demoiselles sexy courtement vêtues, entre autres persos clichés agaçants. Ma foi, pourquoi pas après tout ?

fairy-fencer-f-advent-dark-force-9La trame regorge de poncifs « japoniais ». On ne cesse de le répéter, mais ces récits peu inspirés et très tournés vers le fan-service sont le cancer qui ronge le J-RPG petit à petit. Et ce ne sont pas les 3 nouveaux scénarios, les fins supplémentaires et les personnages inédits que cette réédition apporte qui vont changer la donne. Le problème là-dedans, c’est que ce synopsis très léger n’est pas rattrapé par le gameplay. Non seulement la pléthore de dialogues sous forme de visual novel agresse dès les premières secondes, mais le déroulement global devient vite redondant, au point de démotiver quiconque n’est pas déjà accroc aux tenus affriolantes des petites filles… Euh, des fées, pardon. C’est bien simple, l’exploration est plus que réduite dans ces donjons ridicules, et les combats orientés action (type Tales of mais en BEAUCOUP MOINS pêchus et profonds) trouvent très rapidement leurs limites stratégiques.

Problème de bourrage ?

fairy-fencer-f-advent-dark-force-1En effet, durant les premiers instants, les bataillent sont laborieuses par manque de possibilités, et dès qu’on a enfin développé les combos et les techniques spéciales (dont la transformation en ersatz de Transformer), on tombe dans la désuétude à force de répéter les mêmes actions sans aucune énergie. Ne parlons même pas des quêtes annexes Fedex sans intérêt (allez cueillir 12 champignons…). Le gameplay se montre donc sacrément répétitif, d’autant qu’on reste dans un schéma déjà complètement maîtrisé par ceux qui ont parcouru les productions précédentes du studio. A noter que cette version permet désormais de placer 6 guerriers en combat, et propose 3 niveaux de difficulté.

fairy-fencer-f-advent-dark-force-4Alors il y a bien quelques sursauts de renouveau lorsqu’on intègre une nouvelle fée avec les tâches auxiliaires que cela implique en rapport avec le sauvetage de la déesse, mais même cet aspect a tendance à lasser à la longue. Idem pour le boost des caractéristiques des personnages qui requiert beaucoup trop de farming. Dommage, la jaquette est super cool, quand même.

L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
FFADF ne parvient pas à relever le niveau de ses prédécesseurs chez Compile Heart et nous prouve que ce studio est en grande perte de vitesse. Réalisation finie à la truelle, scénario sans relief, gameplay poussif, on se demande qui saura prendre son pied sur ce titre, surtout au prix prohibitif auquel il est proposé. Non en fait, on préfère ne pas le savoir.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :