[TEST] Life is Strange – épisode 1: Chrysalis

Voilà quelques jours que nous vous avons proposé la preview de Life is Strange. L’épisode 1 Chrysalis étant sorti vendredi 30 janvier, il est temps de voir si nos impressions se sont avérées exactes.

2015-02-01_00001

Cui-cui Cui-cui

Après le sympathique Remember Me, le studio français DontNod nous propose Life is Strange, son tout nouveau jeu d’aventure au format épisodique. Disponible sur PC, Ps3, Ps4, Xbox360 et Xbox One, le jeu est découpé en 5 épisodes. Préparez-vous à replonger dans cette phase étrange et si singulière qu’est le passage de l’adolescence vers l’âge adulte, préparez-vous à vivre une subtile introspection qui m’a personnellement beaucoup touchée.

Arcadia Bay, une ville à l’air étrangement paisible…

Le jeu vous accueille par une paisible vue sur Arcadia Bay. Une douce guitare et le chant des oiseaux accompagnent cette vue baignée par les chauds rayons du soleil couchant. Vous pouvez déjà apercevoir différents lieux : les toits de l’université, le phare, la plage et la ville. Appuyez sur n’importe quelle touche vous donne accès à trois slots de sauvegarde. Sélectionnez nouvelle partie pour débuter l’aventure.

Dans la tête de Max Caulfield

Vous incarnez Maxine Caulfield, une jeune étudiante de 18 ans, revenue dans sa ville natale (Arcadia Bay) après avoir déménagé avec sa famille à Seattle. La raison de son retour ; un cours de photographie dirigé par un célèbre photographe dont Max est fan. Amatrice de « selfie », elle ne se sépare jamais de son Polaroïd lui permettant de rester connectée avec le monde. Très timide et réservée, elle est assez solitaire et a du mal à aller vers les autres. Avant son départ, elle avait pour meilleure amie Chloé, avec laquelle elle a malheureusement perdu contact.

2015-02-01_00010

Souvenirs de lycée.

Le temps est comme une montagne trouée de galeries souterraines…

2015-02-01_00047

Après la pluie le beau temps.

L’aventure débute par une cinématique cauchemardesque dans laquelle Max est perdue au beau milieu d’une véritable tempête. Rassurez-vous, tout ceci n’étant qu’une vision, notre jeune protagoniste reprend ses esprits alors qu’elle est en fait en plein cours de photographie. La jeune femme est vraiment bouleversée par cette vision hors du commun et doit même aller se rafraîchir le visage afin de se calmer. C’est alors qu’elle découvre son incroyable pouvoir dénommé REWIND. Véritable effet papillon, le REWIND permet de remonter dans le temps afin de changer le cours des choses, les dialogues, d’influencer vos relations avec autrui, de percevoir le futur ou modifier le présent. Vous pouvez l’utiliser pour toutes les actions qui ont une quelconque conséquence dans le jeu. Il rythme toute votre aventure et peut être activé selon votre choix.

2015-02-01_00005

Un journal intime très riche et utile pour mieux connaitre Max.

Le scénario de Chrysalis se concentre principalement sur Max et son quotidien. On la voit évoluer pendant une journée avec ses camarades au sein desquels elle a du mal à s’intégrer, tout simplement. Malgré cette simplicité, on n’en reste pas moins captivé et totalement immergé. On découvre les différents lieux de sa vie qui se succèdent au fil de la narration (de type spatio-temporelle) sans que l’on puisse aller et venir à notre guise. Néanmoins, on peut explorer et découvrir des éléments/scènes disséminés par les créateurs pour rendre l’univers plus vivant et plus palpable. Max aura toujours un petit commentaire à faire. Autre petit élément sympathique du jeu, le fait que Max utilise son téléphone portable en direct et que vous suiviez ses conversations avec ses proches !

2015-02-01_00018

Dans cette première journée, Max aperçoit pleins d’affiches d’une jeune fille. En réalité c’est la meilleure amie actuelle de Chloé, Rachel Amber, dont la disparition remonte à 6 mois. Vous le découvrirez suite à vos retrouvailles avec Chloé. Celle-ci vous demandera de l’aider à enquêter sur la disparition son amie.

Voici les bases de Life is Strange, je ne souhaite pas vous dévoiler la totalité des événements qui composent cet épisode car je préfère que vous les découvriez par vous-mêmes.

 Une narration omniprésente au service des émotions

2015-02-01_00030Afin de rendre Max humaine et de créer une réelle empathie avec elle, DontNod a choisi d’utiliser le procédé des dialogues diégétiques. Ce mot obscur illustre le fait d’entendre les pensées de Max. Cela dynamise l’action et créé une sorte de commentaire continu, en plus de ceux que Max fait quand vous observez des objets ou effectuez des actions réversibles. Vous sentez Max troublée, hésitante, nostalgique, fière ou honteuse ; autant d’émotions et de sentiments qui la rendent crédible. La narration est également ponctuée de nombreuses phases cinématiques in-game où vous êtes simplement spectateur.

2015-02-01_00004Nous avons donc à faire à une histoire interactive de par les choix du joueur. Ces choix permettent d’expérimenter plusieurs intrigues et de complexifier le scénario. Ils influencent le cours des événements et engendrent différentes trames selon l’importance ou non des choix. Les conséquences seront visibles dans les prochains épisodes. L’histoire reste donc ouverte grâce à son interactivité. Les possibles narratifs sont d’autant plus intéressants que vous pouvez, par exemple, choisir la réponse A, voir l’événement/l’action qui en découle puis revenir en arrière pour choisir B. Enfin, vous pouvez juger quelle réponse ou action vous préférez et revenir encore en arrière. Les développeurs comptent sur cette rejouabilité pour allonger la courte durée de vie de ce premier épisode se bouclant en 1h30 environ.

À la fin du chapitre, un teasing du prochain épisode, un récapitulatif de vos choix ainsi que les photos que vous avez réalisées vous seront dévoilés. D’ailleurs, quelle frustration de ne pouvoir utiliser le Polaroid quand on veut ! Cela aurait pu donner lieu à des concours internes de la communauté ! Enfin, dernière chose intéressante, on voit à la fin du chapitre le pourcentage de personnes ayant fait tel ou tel choix.

2015-02-01_00022

Avez-vous pris toutes les photos cachées ?

 

Wouah un dragon peint sur la lame !

La direction artistique de Life is Strange est sans doute son plus grand atout. Avec l’Unreal Engine, le soft mélange modélisation 3D et peinture digitale, le tout agrémenté d’effet d’encres diluées et d’une police stylisée type cartoon/BD/comic. Ce rendu très particulier donne à Life is Strange une vraie identité visuelle. J’aime les « traces » de pinceaux visibles au niveau des textures. Néanmoins, lorsque l’on regarde de plus près, seuls certains éléments du décor ont été particulièrement travaillés. Dommage. Les jeux d’ombres et de lumières sont eux très bien exécutés. Alliés à des couleurs chaudes, ils donnent lieu à de beaux tableaux au contraste bien marqué.

2015-02-01_00017

Le campus.

Le (seul ?) point noir du titre est son animation, notamment la synchronisation labiale des personnages. Même si le budget du jeu n’est pas celui d’un AAA, celle-ci laisse parfois à désirer et entache la crédibilité des dialogues entre personnages. J’espère que cela sera plus travaillé dans les prochains épisodes. De plus, les environnements manquent peut-être d’un peu plus d’animation, les scènes peuvent être remplies d’éléments fixes à observer mais peu demeurent vraiment animés. Mis à part ça, le jeu n’est point gourmand en termes de ressources graphiques et ne souffre d’aucun ralentissement.

Mode Repeat activé

Je parle bien sûr des musiques ! Celles-ci de style indie/folk sont tout bonnement magnifiques. Les chansons sous licence ont été composées sous la supervision de Feel for Music. Commandées par Square Enix, l’éditeur souhaitait une bande originale complètement à part. Pari totalement réussi, la bande son de Life is Strange s’avère même l’une des plus belles que j’ai jamais entendu. À écouter et réécouter chez soi.

2015-02-01_00037

Besoin de réconfort peut-être ?

Max has a gift

2015-02-01_00033Son don est de nous rendre nostalgique. Si l’histoire de Life is Strange devait être replacée dans une ligne de temps, je la positionnerais aujourd’hui (à cause du drone), mais avec une ambiance années 2000. Soit durant l’adolescence des joueurs maintenant âgés entre 25 et 35 ans, écoutant à l’époque des groupes pop/rock. Au-delà de ça, le fait de se placer dans la peau d’une jeune adulte étant en cours nous replonge tous à l’époque du lycée, avec les différents archétypes de personnes que l’on connaissait là-bas. La fille populaire et hautaine, les gosses de riches, les isolés, les têtes d’ampoule, les mecs cool… Tout y passe. Ce moment du passage de l’adolescence à la vie adulte, nous l’avons (presque) tous vécu. Les problématiques/situations que rencontrent les personnages peuvent potentiellement entrer en résonance avec tout joueur déjà adulte. Le fait que Max soit rendue très « vivante » est une main tendue qui vous invite vers cet univers étrangement familier.

L'avis de Robert Carcasse :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Life is Strange démontre le vrai potentiel du studio DontNod, qui relève haut la main le défi de nous faire aimer son personnage, nous faire plonger dans son quotidien si familier, nous charmer par son ambiance si singulière. La direction artistique et la bande son uniques et envoûtantes font presque oublier les quelques imperfections d’animation qui sont les seuls points noirs au tableau. Le gameplay de type Point & Click associé aux possibilités du REWIND offrent une belle rejouabilité dont on espère voir de réelles conséquences. Un élément reste encore très difficile à juger, et il s'agit du scénario. Un pouvoir révélé, une meilleure amie retrouvée et une personne disparue, voilà les principaux éléments de cet épisode Chrysalis qui pose tout juste les bases de l'intrigue. Je disais dans la preview que Life is Strange avait le potentiel de déclencher un coup de cœur. Ça l’a été pour moi, et vous ?

Rendez-vous pour l’épisode 2 « Out of Time », disponible début Mars 2015 .

Les derniers articles par Robert Carcasse (tout voir)

Un commentaire

Laisser un commentaire sur cet article :