[TEST] Omega Quintet

omega quintet

Galapagos RPG, ça ne vous dit rien ? Il s’agit d’un label lancé par Compile Heart en association avec Idea Factory pour accompagner la sortie de 2 titres récents : Fairy Fencer F et Omega Quintet.

Le directeur artistique s’est fait la malle…

Omega Quintet_20150213170009

Attention, avant d’oser lancer le jeu, il convient de vénérer la J-Pop et les idols nippones aux voix suraiguës. Si vous êtes un amateur (une amatrice ?) de lolicon, c’est tant mieux, car il s’agit de l’autre prérequis. Sans ces 2 conditions, ce n’est même pas la peine de tenter le grand saut. D’autant que rien n’est fait pour attirer le chaland si l’on excepte les couleurs chatoyantes et le chara design kawai. D’ailleurs, il s’agit là des plus gros atouts du soft. Et pour cause, vous ne tarderez pas à constater que les graphismes envoient du lourd… Pour de la PS1. La réalisation du titre fait peine à voir en dehors des illustrations. Les développeurs misent d’ailleurs uniquement là-dessus pour cibler un public précis de perv… Pardon, d’otaku. Non mais regardez ces décors… C’est affligeant. Inutile d’espérer non plus une once de mise en scène, ni même des cinématiques travaillées.

Ah, mais le scénariste s’est tiré aussi tiens…

omega7Si vos yeux supportent donc ces graphismes d’un autre âge, il en sera peut-être autrement du scénario ultra niais. En gros, vous contrôlez le manager d’un groupe d’idols, les Verse Maidens. Ces gamines pré-pubères sont des chanteuses de J-Pop qui protègent l’humanité du mal absolu, lequel se manifeste sous la forme du « Blare » (qui veut dire vacarme). Leur force n’est autre que leur voix, mais certainement pas leur intelligence. J’en veux pour preuve les dialogues débiles vus et revus 1000 fois dans les précédents titres des développeurs. Omega Quintet fait partie de ces J-RPG aux tendances perverses qui ne s’assument pas. On n’a qu’une envie, c’est de dire aux scénaristes de se trouver des copines. Non mais sans blague les gars, on en a marre de jouer à touche-pipi hein… Les blagounettes coquines, on aime bien, mais il ne faut pas en abuser. Ou alors on franchit le cap en basculant direct dans le hentai et on ne passe pas par 4 chemins ! Et surtout, il faut que le background et l’univers soient un minimum riches avant de se permettre de verser dans « la légèreté », ce qui n’est pas le cas ici.

Il ne reste plus que… Ah ben non, le lead game-designer a aussi quitté le navire !

Omega Quintet_20150401132921

L’OST est plutôt agréable si l’on aime la J-Pop, mais à la longue, les musiques finissent malgré tout par taper gravement sur le système. Et je ne parle pas des voix des héroïnes carrément irritantes (en V.O.). Dommage pour un titre basé sur la chanson… Que dire enfin de l’exploration quasi-inexistante, du level-design asthmatique et du système de jeu hyper basique ? On a l’impression de jouer à une sous-production finie à la va-vite. En creusant un peu (beaucoup…), on peut trouver deux trois bricoles sympas comme par exemple le système de combat au tour par tour pas trop dégueu, la gestion amusante du groupe d’idols (avec la réalisation de clips et la personnalisation de l’apparence des miss) ou encore le craft. Mais pour cela, il faut surmonter tout le reste… Ah, j’ai failli oublier pour les courageux qui veulent quand même tenter le coup : le jeu n’est pas traduit, les textes sont au mieux en anglais.

L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Omega Quintet est le témoignage édifiant du syndrome qui frappe depuis quelques années les « petits » studios du J-RPG. Réalisation médiocre, scénario au ras des pâquerettes uniquement axé sur les dialogues niais et les allusions perverses, game design fainéant… Dieu du RPG, écoute nos prières et délivre-nous du mal…

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

4 commentaires

  • Tout a fait d’accord pour les jeux jap  » gros lolo  » et je comprend également pour le sentiment de lassitude qui peux t’envahir a la longue, pourtant j’en est fait des jeux jap qui se ressemblent mais celui-ci a quelque chose qui sort du lot, c’est difficile a expliquer..j’exprime mon avis en tant que gamer et étant friand des j-rpg et en jouant a celui ci j’ai trouvé quelque chose de beaucoup plus intéressant que la majorité des j-rpg actuel 😊

  • On est d’accord Nanaki, mais des systèmes de combats addictifs, il y en a d’aussi bons ailleurs (voire même largement mieux), sans être obligé de se cogner tous les défauts de ce jeu qui ne repose que son son aspect fan-service (pour rester poli). Tout le monde vient chercher des choses différentes dans un jeu, mais à force de tester des titres orientés « petites filles à gros lolos » à la réalisation bâclée, on commence à penser que les petits développeurs japonais n’ont plus d’autre ambition que de contenter les « pervers » en se reposant sur leurs lauriers. C’est un constat affligeant quand on compare avec la qualité des titres qui ont marqué les esprits à l’ère de la SNES/PS1/PS2. Si on se contente de raisonner comme tu le fais, le J-RPG ne va pas aller en s’améliorant.

    Après pour la longueur du test, que dire de plus ? Si c’est pour s’appesantir en le fusillant sur 3 pages, je ne vois pas trop l’intérêt. J’aurais pu en effet décrire le système de combat, c’est vrai, mais j’estime que les amateur de RPG savent comment fonctionne le tour par tour (et c’est ennuyeux de lire un descriptif de système de combat paraît-il). En tout cas merci pour ton avis !

  • Encore un jeux testé a la va-vite, enfin bon graphiquement c’est vrais que cela ne casse pas trois pattes a un canard, mais le système de combat est vraiment excellent et ca fait du bien de retrouver du tour par tour addictif, je pense que C’EST le gros point fort du jeux mais hélas décrit par quatre mots dans le test..

  • Tu m’as presque donné envie d’y jouer pour rigoler…Mais ça fait cher la blague!

Laisser un commentaire sur cet article :