[TEST] Persona 4 Golden

Shin_Megami_Tensei__PERSONA_4_600_1448376

On ne présente plus la célèbre série Persona, dont le 4ème opus est sorti en fin de la vie de la PS2. Il ne manquait plus à cet épisode qu’une version HD pour nous donner envie de le refaire. C’est donc sur PS Vita que cette mouture améliorée est disponible depuis peu en France. Et vu le manque de hits sur la machine, autant vous dire que l’on n’a pas laissé passer ce petit bijou !

Presque sans surprise, Persona 4 reprend tous les éléments de Persona 3, et il le fait bien. Vous incarnez un lycéen fraichement débarqué dans une petite ville de province japonaise. En plus de s’adapter à sa nouvelle vie d’étudiant et de tisser des liens inédits, le héros va également devoir résoudre une série de meurtres mystérieux impliquant un monde parallèle bien planqué derrière les écrans de télévision. Et bien entendu, vous serez aidés par vos fidèles démons, les personae, que vous pourrez invoquer pendant d’agréables combats au tour par tour. On retrouve donc le système de jeu des derniers Persona. Pas de grosse nouveauté à signaler ; juste un gameplay aussi solide que classique. Et c’est justement ça qui ravira les afficionados de J-RPG.

Antisocial, tu perds ton sang froid

persona-4-the-golden-playstation-vita-1362154272-123A partir du moment où vous aurez fait la connaissance de nouveaux amis aux personnalités particulièrement attachantes, vous aurez l’occasion de les retrouver lors d’activités diverses dans les clubs ou en dehors du lycée, voire même le week-end. Durant ces entrevues, veillez à bien les caresser dans le sens du poil en leur donnant les réponses qu’ils attendent si vous désirez faire évoluer votre relation. Vous n’avez qu’une année scolaire pour contenter tout le monde, il est donc nécessaire de profiter au maximum de chaque minute de votre temps !

persona-4-the-golden-playstation-vita-1362154629-644Bien vous débrouiller durant vos épreuves scolaires ou vos rencards ne sert pas qu’à vous donner bonne conscience ou satisfaire votre égo de bourreau des cœurs. Cela vous alloue essentiellement des bonus dans diverses catégories de statistiques qui, à terme, n’aspirent qu’à un seul but ; accroitre vos affinités avec vos personae. En effet, au fur et à mesure que vous augmentez en charisme tout au long de l’épopée, vous déverrouillez de plus en plus de personnes à fréquenter. Chacun de ces liens sociaux est associé à une famille de personae, et plus son rang demeure élevé, plus les serviteurs de cette classe obtenus à travers les fusions s’avèrent puissants.

Personne n’a 4 golden… retrievers…

persona-4-the-golden-playstation-vita-1362154272-327En fin de soirée, et ce presque quotidiennement, vous avez l’opportunité de vous rendre dans le monde démoniaque de l’autre côté de la TV avec vos coéquipiers afin de passer vos nerfs sur les bestioles qui y règnent. Ce donjon prenant la forme d’un labyrinthe bizarroïde aux cartes générées aléatoirement constitue le seul endroit où vous croisez librement le fer. C’est donc là que vous grappillez vos points d’expérience dans le but de vous préparer pour les phases primordiales de progression scénaristique programmées à chaque jour de pluie. Et croyez-nous, vous aurez vu mal à lâcher le jeu tant l’histoire et les personnages se montrent captivants. Il faut aimer avant tout la perspective de se retrouver dans la peau d’un lycéen pour apprécier l’épopée essentiellement sociale du héros, mais globalement, l’histoire axée autour du surnaturel fonctionne très bien. Cela dit, vous le savez sûrement déjà vu le succès qu’a rencontré le soft dans sa version originale !

Les plus de la version Vita

Les ajouts demeurent mine de rien assez nombreux, et se marient parfaitement avec le contenu original. En plus de costumes et séquences animées additionnels, vous découvrirez un nouveau personnage (Marie) et son bout de scénario associé, des quêtes annexes inédites, la possibilité d’utiliser un scooter pour explorer des zones supplémentaires, ainsi que des fonctionnalités réseau (notamment l’opportunité d’aider des joueurs en difficulté dans un donjon). Côté technique, l’écran de la nomade de Sony fait des miracles. Ce titre qui aurait dû mine de rien prendre un petit coup de vieux avec la 3D s’en sort admirablement. Les illustrations sont en outre vraiment superbes. L’O.S.T. composée par l’incomparable Shoji Meguro et ses compères Atsushi Kitajoh et Ryota Kozuka se hisse au même niveau que celle de P3. Les mélodies pop acidulée flattent toujours autant les tympans. Enfin, en ce qui concerne la durée de vie, 50 heures minimum sont nécessaires pour voir le bout de l’aventure. Un new game + permettant de conserver ses statistiques est présent afin de viser le 100% pour les objectifs secondaires. De quoi bien occuper ses voyages.

Même si P4 ressemble fort à son aîné, le charme de cette série si fantastique opère toujours aussi bien. Bref, on est bel et bien en présence d’un must-have sur la nomade de Sony, tout simplement.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

5 commentaires

  • >Akira : Une licence de jeux de rôle tu veux dire plutôt. 😉 Parce que seul Persona 4 Arena (pas encore sorti chez nous) verse dans la baston. Et c’est un spin-off en quelque sorte, même si le scénario constitue une suite à P4G.

  • Une excellente licence de jeu de combat et qui gagne en popularité à chaque opus 🙂 !

  • Oui je suis super sympa même, vu que j’ai largement dépassé les 50h. 🙂 Comme certains vont en ligne droite, ce n’est pas évident de quantifier la durée de vie sur ce type de RPG.
    Mais une chose est sûre, c’est une tuerie !

  • 50 heures de jeux, t’es gentil quand même, Fab. 😉

    Sinon, je suis actuellement sur ce portage et Atlus a effectivement fait les choses proprement. Ce portage VITA est vraiment l’exact opposé de Persona 3 Portable, en fait.

Laisser un commentaire sur cet article :