[TEST] Persona Q : Shadow of the Labyrinth

Persona-Q-1

Vous connaissez tous Persona, cette série « spin-off » de la saga Megami Tensei mettant en scène des lycéens de l’occulte. Vous êtes également familiers avec la licence Etrian odyssey une autre franchise à succès d’Atus, versant dans le dungeon-RPG punitif. Eh bien Persona Q, c’est la fusion parfaite entre ces deux univers particuliers.

Persona-Q-Shadow-of-the-Labyrinth-06Si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez probablement écumé les couloirs d’au moins un des opus de l’une ou l’autre des séries mentionnées plus haut. Vous savez donc à quoi vous attendre non seulement en ce qui concerne l’atmosphère hyper addictive, mais aussi en matière de challenge ! Persona Q est un dungeon-RPG dans la plus pure tradition, mixant les éléments qui ont forgé la renommée des licences d’Atlus. D’un côté, on trouve l’univers unique et coloré de Persona 3 et 4, mais aussi et surtout les castings des deux épisodes réunis dans une seule aventure à la trame efficace se déroulant dans le lycée Yasogami (issu de P4). De l’autre, le système de jeu bien huilé d’Etrian, avec son exploration de donjons en vue subjective, ses pièges impitoyables, sa carte que l’on peut annoter sur l’écran du bas grâce au stylet et, bien sûr, sa difficulté accrue.

Persona-Q-Shadow-of-the-Labyrinth-07Cela dit, plus que le scénario qui sert essentiellement de prétexte pour réunir les héros de P3 et P4, c’est surtout la mise en scène, les personnalités uniques des protagonistes et le souffle épique de certaines scènes qui nous maintiennent greffés à la console. Tout ceci, allié au gameplay en béton, forge une base idéale pour captiver le fan. Sans oublier les musiques ! Les remix jazzy de thèmes connus de la série Persona qui composent l’OST participent à l’élaboration de la fabuleuse ambiance du titre. Toujours dans le ton, elle permettent de nous plonger complètement dans l’aventure. Hélas, il fallait bien un bémol, la robe graphique est sans conteste le point faible du jeu. La réalisation n’est même pas au top pour de la 3DS. Heureusement que l’ensemble reste globalement attractif grâce à un style mignon et coloré. Les personnages sont séduisants malgré leur look de nendoroids.

Panpan QQ

Persona-Q-Shadow-of-the-Labyrinth-05On ne le répètera jamais assez, Persona Q est difficile. Néanmoins, le jeu met à notre disposition de quoi nous défendre. Après nous être bouffé moult guets-apens mortels et autres morts aléatoires, on apprend à sauvegarder à bon escient, à utiliser les raccourcis débloqués sur la map, et à esquiver les F.O.E., ces ennemis puissants et quasi-invincibles qui rodent dangereusement dans les couloirs. Il faut juste avoir le cran de remonter en selle après un violent game-over surprise débouchant sur une heure de jeu perdue… Savoir quand s’arrêter, c’est la clef de la réussite.

Persona-Q-Shadow-of-the-Labyrinth-02L’autre point à maîtriser, c’est bien entendu le génial système de combat, faisant lui-aussi office de fusion entre ceux de Persona et Etrian. Pour triompher, il faut absolument établir un bon positionnement de ses persos (healers en arrière, bourrins en première ligne) et connaître les faiblesses des ennemis. Dès qu’un point faible est correctement exploité, les combattants entrent en état de boost, ce qui permet d’utiliser des sorts et des attaques sans consommer de mana.

encadré fusionCet opus propose à nouveau le principe de fusion de persona, qui offre l’opportunité d’étoffer notre arsenal de pouvoirs. Double et triple fusions sont au menu, avec cette fois la possibilité de visualiser et même choisir les résultats sans courir le risque d’hériter d’une compétence moisie. Autre nouveauté : la présence d’une Persona secondaire (Sub-Persona) qui, lorsqu’elle est équipée, apporte des sorts supplémentaires et des bonus de HP/SP très appréciés Une fois ces règles basiques assimilées, ça roule tout seul. A quelques game over près… Un dernier mot sur la durée de vie. Il faut compter entre 50 et 60 heures pour boucler une partie, sachant que selon l’équipe que vous choisissez au début (P3 ou P4), le cheminement sera différent durant les premiers instants. Une fois terminé, le jeu débloque la difficulté « Risky ». Mais il faut les avoir bien accrochées pour se lancer dans cette dernière !


L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Atlus est parvenu à réunir avec brio le système de jeu d'Etrian Odyssey et l'univers de Persona. Le résultat est bluffant d'authenticité et de justesse. Le parti-pris choisi par le développeur n'était pas forcément gagné d'avance, mais force est d'admettre que la combinaison entre les 2 univers de la firme fait mouche. Il faut cependant s'armer de courage pour ne pas se laisser gagner par la frustration. Un soft à conseiller aux fans donc, mais certainement pas aux champions du monde de lancer de manettes.

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

2 commentaires

Laisser un commentaire sur cet article :