[TEST] Shin Megami Tensei IV : Apocalypse (3DS)

Apocalypse est la suite directe de Shin Megami Tensei 4. Ce dernier ayant plutôt marqué les joueurs dans le bon sens, il « suffisait » de prendre en compte leurs remarques pour déboucher sur un titre au top. Est-ce le cas ?

La réponse est un gros oui. D’où le double intérêt d’avoir parcouru le premier opus ; car s’il est plus agréable de comprendre l’intégralité des références scénaristiques, c’est également intéressant de constater les améliorations par soi-même. Maintenant, il n’est pas nécessaire d’avoir terminé SMT4 pour apprécier cette suite étant donné qu’on nous fournit l’essentiel des éléments pour correctement nous situer. Suite aux évènements dépeints dans l’aventure précédente, Tokyo est le théâtre désolé d’une guerre entre les Dieux/Démons et les humains. Dans ce contexte, un nouveau héros devra décider du sort de l’humanité. On suit donc les exploits de Nanashi, lequel perd la vie au début de l’histoire, puis se voit ressuscité par un individu étrange du nom de Dagda afin d’accomplir sa destinée de tueur des dieux. Classique, mais diablement efficace comme toujours.

L’atmosphère sombre du titre se savoure d’autant plus qu’on n’a (presque) plus à se farcir tous les défauts qui ternissait l’expérience précédente à commencer par l’interface horrible. Le soft a beaucoup gagné en lisibilité/ergonomie, notamment au niveau de la mini-carte qui rendait fou à l’époque. Désormais, les objectifs sont mieux identifiés, et on dispose entre autres du nom des zones. On note aussi que nos partenaires servent enfin réellement à quelque chose durant les combats, et leurs sorts de soin ou de soutien sont fort utiles. Sans parler de l’attaque combinée et des bonus qui découlent de l’utilisation à bon escient de la jauge d’Assist. Ces derniers ne sont pas à prendre à la légère car en bon SMT qui se respecte, le soft ne fait pas de cadeau. A noter qu’il est à tout moment possible de changer le niveau de difficulté pour éviter la frustration durant la trentaine d’heures que dure le périple.

Gameplay signature

Au-delà de ça, le système de jeu reste dans la lignée des opus majeurs de la série. Il faut toujours passer par la capture de démons lors de joutes verbales durant les combats, et les fameuses fusions qui font tout le sel de la licence. Ceci afin de se constituer une armée de créatures surpuissantes par le biais des transferts de compétences, dont l’utilité première reste d’exploiter les faiblesses élémentaires des ennemis. A ce titre, le concept de « Press Turn » demeure d’actualité, et permet de bénéficier de tours supplémentaires lorsqu’une équipe parvient à taper là où ça fait mal. A nous ensuite de constituer une team dotés de builds adaptés ; les joueurs ayant dosé les épisodes précédents seront plus à l’aise que les autres, forcément. Ceux-ci pourront utiliser des stratégies qui ont fait leurs preuves, et reconnaîtront aussi pas mal d’environnements déjà visités.

D’ailleurs, le fait de recycler tant d’éléments de SMT4 procure au soft un faux-air d’extension stand-alone. Mais dans l’absolu, c’est un moindre mal au vu des bienfaits qu’il délivre. Quoi qu’il en soit, Apocalypse surpasse SMT4 sur tous les plans, ce qui le rend indispensable aux fans. Un dernier mot sur la réalisation ; la direction artistique a conservé son charme, tandis que l’ensemble gagne en finesse et fluidité. Reste tout de même une mise en scène minimaliste qui fait de la peine.  Côté bande son, le travail de Ryota Koduka fait plaisir aux oreilles. Les morceaux pesants collent à merveille à l’ambiance, et les thèmes de combat envoient du lourd. On regrette cependant l’absence de doublages japonais ou français, puisqu’ici seul l’anglais est de mise.

L'avis de X-Fab :www.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Apocalypse conclut en beauté l’aventure entamée par SMT4 grâce aux efforts apportés sur la lisibilité et la narration. Les améliorations fournies pour doper l’ergonomie couplées au système de jeu légendaire de la série permettent d’affronter le challenge proposé ici dans les meilleures conditions. Malgré les similitudes trop frappantes avec son ainé, cet épisode s’impose comme l’un des meilleurs J-RPG de la fin d’année 2016.

 

 

 

X-Fab

X-Fab est ainsi surnommé car il a passé de longues années au département des affaires non classées du FBI, en compagnie de Mulder et Scully… en tant que pièce à conviction. Persuadé d’avoir été enlevé par des ET, et clamant haut et fort qu’ils l’ont torturé en lui passant la musique de Tetris en boucle durant des semaines, il sait qu’il est différent des autres. Il prétend que son contact avec des entités paranormales lui a alloué des pouvoirs surhumains : ses pouces seraient cent fois plus rapides et puissants que ceux du commun des mortels. En quête de pouvoir, il réunit une équipe d’exception sur WebOtaku afin de convertir l’humanité à la cause des loisirs geek. Ses spécialités : le RPG, le Survival-Horror, l’action-aventure, la baston, les jeux musicaux, et les cernes sous les yeux.

Les derniers articles par X-Fab (tout voir)

Laisser un commentaire sur cet article :